Meurtre du jeune Cedric Matombé : colère et tristesse à Plaine-Magnien lors des funérailles

Avec le soutien de

Colère, tristesse. Mais aussi incompréhension devant le geste sauvage qui a mené à la mort du jeune Cedric Matombé, le dimanche 7 novembre, sur la plage publique du Bouchon. Nombreux étaient-ils le lundi 8 novembre à rendre un dernier hommage à cet adolescent de 17 ans.

«C’était un ami très jovial et très amical. Nous nous retrouvions très souvent ensemble après les heures de classes pour rentrer à la maison. Je n’arrive pas à croire qu’il a pu victime d’un acte pareil», raconte Pralay, un camarade de classe de Cédric Matombé. Ce dernier venait de prendre part à ses examens de la School Certificate (SC).

Selon des membres de sa famille, Cedric Matombé, qui fréquentait le Mauritius College, était animé «du désir de réussir de grandes choses dans sa vie». «Il avait un bel avenir devant lui», laisse entendre un membre de la famille.

Présents lors des funérailles, les députés de la circonscription Mahébourg/Plaine-Magnien (No 12), Mahen Jhugroo et Thierry Henry, annoncent une rencontre imminente avec la force policière. «Nous ne pouvons plus vivre dans de telles conditions d’insécurité. J’ai déjà donné mon avis, en tant que parlementaire sur la question de la peine de mort et je pense qu’il est grand temps de remettre le sujet sur la table», indique Thierry Henry.

Il est environ 15 heures, lorsque le cortège funéraire quitte le domicile du défunt en direction de l’église St-Patrice. Le père de la victime, inconsolable, fixe le cercueil de son fils. Ils étaient un peu plus d’un millier de personnes à s’être rendues à cette petite église à Plaine-Magnien, pour prier avec la famille du défunt. La messe terminée, le cortège s’est dirigé vers le cimetière de Mahébourg.

«En tant qu’habitant de la région, il est de notre devoir de montrer notre sympathie à la famille et également pour donner un signal fort aux autorités», fait ressortir un habitant du village du Bouchon, qui déplore le manque de sécurité sur cette plage publique. «Beaucoup de personnes ont parlé de la présence insupportable de voyeurs sur une partie isolée de la plage publique du Bouchon», ajoute-t-il.

Voir aussi la vidéo.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires