Meetings du 1er mai : campagnes de mobilisation en demi-teinte des partis politiques

Avec le soutien de

Les&nbsp campagnes de mobilisation pour les rassemblements du 1er mai entrent dans leur phase finale. On est très loin de la ferveur et l’enthousiasme de l’an dernier. Il est vrai qu’en 2010, les élections générales avaient eu lieu quatre jours après le Fête du Travail.

Cette année les deux alliances qui s’affrontent sur l’échiquier politique n’ont pas déployé de grands moyens de mobilisation. Quelques réunions nocturnes pour les deux formations et des meetings à quelques points stratégiques pour le Mouvement militant mauricien (MMM). Il faut ajouter à cela les sempiternelles conférences de presse du samedi qui permettent aux responsables politiques de maintenir leur présence dans les médias.

Mise à part un point de presse des seconds couteaux de l’Alliance de l’Avenir pour affirmer que tout va pour le mieux entre les partenaires au pouvoir, il n’y a pas eu de grande mobilisation des alliés gouvernementaux. Le Mouvement socialiste militant (MSM) a tenu quelques réunions publiques, mais c’était beaucoup plus pour contrer les retombées de ce que l’opinion connaît comme l’affaire MedPoint.

On se rappelle que le rachat par l’Etat de la clinique MedPoint, appartenant au beau-frère du ministre des Finances et leader du MSM au coût de Rs 144 millions, a fait scandale.&nbsp L’établissement avait été évaluée à Rs 75 millions par les services de l’Etat.

Le Parti travailliste, lui n’a pas fait de campagne de mobilisation. C’est le Premier ministre qui s’est acquitté de la tâche. Le timing des sorties du Premier ministre sous couvert des fonctions officielles est significatif. A la faveur de l’ouverture de nouvelles routes dans le cadre du programme de décongestion routière, le chef du gouvernement à été en contact direct avec les habitants de plusieurs circonscriptions, sans compter la retransmission de ces cérémonies à la télévision. On a retrouvé dans ses discours les thèmes qui mobilisent ses partisans : la démocratisation de l’économie, la dénonciation de ce qu’il appelle l’Asia Bashing (critiques malveillantes contre les asiatiques) et les attaques contre Paul Bérenger et une partie de la presse.

Navin Ramgoolam s’y est tellement impliqué qu’il a confondu meeting de parti et cérémonie officielle. C’est ainsi que lors de l’inauguration d’une route à Mare d’Albert durant la semaine écoulée, il s’est permis de donner rendez-vous à ses partisans au meeting de l’Alliance de l’Avenir à Vacoas, le 1er mai. Il a même annoncé qu’il prononcera ce jour là, un discours important qui fera réfléchir les Mauriciens pendant des années.

Les travaillistes ne trouvent rien d’anormal à cela. Tous comptent sur le chef pour déclencher le levier mobilisateur. «Depuis 2006 nous ne menons pas de campagne de mobilisation en vue du rassemblement du 1er mai. Il suffit que leader de l’alliance lance un appel ne serait-ce que subtile pour que des milliers de partisans se déplacent vers Vacoas le jour-Jj», confirme un nominé politique du Parti Travailliste.

Au niveau des Juniors partners de l’alliance au pouvoir, la campagne dépasse timidement les frontières des circonscriptions de leurs leaders respectifs. Ainsi, le Parti mauricien social démocrate (PMSD) se concentre beaucoup sur Quatre-Bornes, où s’est fait élire le leader Xavier-Luc Duval. Ce parti&nbsp marque une présence discrète dans certains quartiers des autres circonscriptions. «Des poches bleues», précise le lord-maire Mamade Khodabacus, qui est responsable de la mobilisation chez les bleus.&nbsp Il affiche la satisfaction quant-à la réaction de ses partisans

Du côté du Mouvement socialiste militant (MSM), Sunil Dwarkasing, le conseiller de&nbsp Pravind Jugnauth au ministère des Finances, s’occupe de remplir les autobus qui se rendront dimanche prochain à Vacoas. Il concentre ses efforts à Moka-Quartier-Militaire, la circonscription de son leader.

Dwarkasing,y rencontrerait, selon les informations recueillies sur le terrain, quelques difficultés à accomplir sa tâche. «Une certaine frustration règne parmi nos partisans et c’est normal», explique un membre influent du MSM au No 8.

Du côté de l’opposition, le MMM a mis sa campagne en veilleuse durant la semaine précédant la fête dc Pâques. Autrement, lors de plusieurs réunions nocturenes, les mauves ont essayé de tabler sur le thème «Scandale lor scandale», emprunté, il faut le dire, à la formule «Résultat lor Résultat». Ce slogan avait été trouvée par le PMSD, lors de la dernière campagne électorale. C’est le leader des mauves, lui même&nbsp qui l’a avoué à Olivia récemment. A ce jour, l’opposition ne promet pas de grandes révélations ni de discours marquant un tournant pour le&nbsp 1er mai.

A ce rythme, les observateurs prévoient des foules moyennes aux rassemblements politiques de la Fête du Travail. « Ce sont les inconditionnels et ceux qui doivent se montrer, en kreol on dit montré figir,&nbsp qui se déplaceront », affirme un habitué des grands rassemblements.

De leur côté, les mouvements syndicaux poursuivent leurs campagnes de mobilisation. Jack Bizlall du Mouvement 1er mai a, hier samedi 23 avril, fait une violente sortie contre les politiques avant d’appeler à l’éveil de la conscience citoyenne.

La semaine prochaine on assistera au dash final avec slogans et invitation dans les radios.Les activistes des deux alliances politiques seront, eux, sur le terrain pour prommettre la traditionnelle sortie post-meeting au bord de la mer et le plat de briani à ceux qui voudront bien prendre place à bord des autobus qui seront gracieusement mis à leur disposition.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires