MedPoint : Pravind Jugnauth annonce son interrogation «under caution» par l’ICAC

Avec le soutien de

Pravind Jugnauth a annoncé lui-même sa convocation par la Commission anti-corruption (ICAC) lors d’une conférence de presse ce jeudi 8 septembre. Il affirme qu’il y sera interrogé «under caution» le 15 septembre prochain.

Il sera finalement entendu par la Commission anti-corruption dans le cadre de l’enquête sur l’acquisition de la clinique MedPoint par l’Etat. Pravind Jugnauth, le leader du Mouvement socialiste militant (MSM) l’a lui-même annoncé ce jeudi 8 septembre, soutenant qu’il a beaucoup de choses à révéler aux enquêteurs. Et de rappeler que cela fait plusieurs semaines qu’il attend cette convocation.

Cette convocation, dit-il, il l’attend depuis semaines. «J’attends l’ICAC de pied ferme. Je veux savoir qui a décidé que je dois être entendu ‘under caution’. J’ai la conscience claire et ce n’est pas moi qui ai manigancé pour lancer un appel d’offres taillé sur mesure. Je n’ai pas non plus été impliqué directement dans l’affaire MedPoint», martèle l’ex-ministre des Finances.

Le leader du MSM accuse l’ICAC d’être «à la solde du pouvoir». Et il réitère également ses accusations à l’encontre du No. 2 du gouvernement, Rashid Beebeejaun, également actionnaire de la clinique MedPoint, et l’ancien ministre de la Santé, Rajesh Jeetah. Allant même jusqu’à maintenir qu’il y a suffisamment de preuves pour loger des charges provisoires contre eux.

Par ailleurs, il s’étonne que ni Rajesh Jeetah ni Rashid Beebeejaun n’aient jugé bon d’apporter des explications suite aux allégations qu’il a publiquement formulées à leur encontre depuis la semaine dernière. Et ce, notamment lors d’un congrès de son parti, le 4 septembre dernier à Rose-Belle.

Pravind Jugnauth répond aussi à l’interrogation de Rajesh Jeetah sur celui qui est à l’origine de la seconde évaluation de la clinique MedPoint. D’abord estimé à Rs 75 millions, le deuxième exercice réclamé par le ministère de la Santé a quasiment fait doubler l’estimation, le portant à Rs 125 millions.

Ainsi, Pravind Jugnauth conseille à Rajesh Jeetah «d’aller poser cette question à son Premier ministre, Navin Ramgoolam», laissant entendre que le chef du gouvernement pourrait connaître le nom de celui qui a ordonné cette seconde évaluation. Nom que le « Chief Government Evaluer » Yodhun Bissessur a déclaré avoir « oublié » lors de son interrogatoire à la Commission anti-corruption.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires