MedPoint : Paul Bérenger prend la défense de Pravind Jugnauth et accuse Navin Ramgoolam

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition estime que la Commission anti-corruption (ICAC) n’est pas à prendre au sérieux dans le procès intenté à Pravind Jugnauth dans le cadre de l’enquête sur le rachat par l’Etat de la clinique MedPoint. Il promet de faire la lumière sur l’implication alléguée de Navin Ramgoolam dans cette affaire.

Paul Bérenger a pris fait et cause en faveur du leader du Mouvement socialiste mauricien lors d’un congrès du Mouvement militant mauricien (MMM) dans la circonscription No 8 (Moka/Quartier-Militaire), le jeudi 19 avril. Il laisse entendre, comme sir Anerood Jugnauth mercredi dernier, que l’accusation portée à l’encontre de Pravind Jugnauth ne tiendra pas l’épreuve d’un procès.

« L’accusation que la commission anti-corruption (ICAC) a logée contre Pravind Jugnauth n’a aucune valeur. Et nous n’avons aucune confiance en cette institution », déclare le leader du MMM.

Il a ensuite repris les propos de sir Anerood Jugnauth à l’effet que l’ancien ministre des Finances avait conseillé au Premier ministre d’abandonner le projet d’acquisition de la clinique MedPoint. Navin Ramgoolam aurait « insisté » pour poursuivre la procédure sous prétexte que c’était « son projet ».

Paul Bérenger promet que sir Anerood Jugnauth et lui-même feront toute la lumière sur l’implication alléguée de Navin Ramgoolam dans la transaction, au prix de Rs 144 millions, entre le gouvernement et les proches de la famille Jugnauth.
Paul Bérenger affirme qu’il détient personnellement des informations sur les pressions qu’aurait exercées le chef du gouvernement au Conseil des ministres pour que le rachat de la clinique se fasse dans les plus brefs délais.

Le leader des mauves se demande également pourquoi Navin Ramgoolam a permis au ministre Rajesh Jeetah de s’impliquer personnellement dans les négociations. Le ministre de l’Education supérieure, qui était, à l’époque, responsable de la Santé, avait reçu le principal actionnaire de Medpoint Ltd et avait demandé et obtenu les spécifications précises de la clinique avant de lancer l’exercice d’appel d’offres.

Paul Bérenger a promis aussi de faire la lumière sur la responsabilité du Premier ministre dans quatre autres dossiers. Il s’agit de l’exercice de hedging effectué par la State Trading Corporation (STC) et par Air Mauritius, le crash de la compagnie nationale d’aviation, l’affaire Betamax et « le trafic des terres de l’Etat ».

Par ailleurs, profitant de son passage dans la circonscription No. 8 (Moka/Quartier Militaire), le leader du MMM a exprimé son regret suite au retrait d’Ashock Jugnauth du ‘Remake de 2000’. Il a ensuite expliqué que Pravind Jugnauth a insisté pour être candidat dans cette circonscription.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires