MedPoint : Le Dr Malhotra étant souffrant, la DBM a rayé des intérêts de Rs 2,4 millions

Avec le soutien de

Khooshal Mussai, président de la Development Bank of Mauritius (DBM), soutient que l’établissement n’a jamais rayé la dette de Rs 24 millions contractée par la clinique MedPoint. Chiffres à l’appui, il a expliqué que l’ardoise a été réglée en mars 2010, soit neuf mois avant sa vente à l’Etat.

La Development Bank of Mauritius (DBM) donne la réplique au député du Mouvement militant mauricien (MMM), Rajesh Bhagwan. Contrairement à ce qu’a avancé le Whip de l’opposition lors d’une interpellation à l’Assemblée nationale le mardi 24 mai, la DBM n’a jamais rayé l’ardoise de Rs 24 millions de cet établissement appartenant au Dr Krishan Malhotra, le gendre du Président de la République, sir Anerood Jugnauth.

Par contre, elle précise avoir effacé les intérêts et autres pénalités qui s’élèvent à Rs 2,4 millions. Ce, sur une base humanitaire, le médecin ayant été victime d’une agression à l’acide. C’est ce qu’a affirmé Khooshal Mussai, le président du conseil d’administration de la DBM, lors d’une conférence de presse organisée dans l’après-midi du mercredi 25 mai.

Le mardi 24 mai, Rajesh Bhagwan alléguait avoir eu des renseignements à l’effet que le 28 décembre dernier, soit à la veille de la signature du contrat de vente entre le gouvernement et les propriétaires de la clinique MedPoint, la DBM a rayé sa dette de Rs 24 millions. Chose qu’a démentie le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, qui a déclaré « qu’on ne peut venir dire tout et n’importe quoi au Parlement ».

Khooshal Mussai devait expliquer que l’emprunt de Rs 24 millions contracté auprès de la DBM le 19 février 1992, a été réglé le 25 mars 2010, après que les promoteurs de la clinique MedPoint eurent versé un total de Rs 43, 305,000, représentant le capital ainsi que les intérêts. A l’époque, explique Khooshal Mussai, les deux promoteurs de la clinique, notamment Shalini Devi Malhotra – sœur de Pravind Jugnauth – et Krishan Kumar Malhotra avaient contracté un emprunt de Rs 24 millions pour la construction d’une clinique, d’une capacité de 65 lits, au nom de Modern Clinic Ltd.

Dès lors, les promoteurs de la clinique ont bénéficié d’un décaissement payé en 19 tranches, jusqu’en septembre 1996.
« Le 12 mars 1998, le Dr Krishan Malhotra est agressé à l’acide à la clinique MedPoint. Il a aussitôt réclamé à la DBM de rééchelonner le paiement de son emprunt. En avril 2008, la banque est informée que des travaux de tout-à-l’égout ont lieu à proximité de la clinique MedPoint. Le board d’alors a décidé de refuser une nouvelle requête de repousser le paiement », ajoute Khooshal Mussai.

Finalement, en décembre 2009, tandis qu’il devait remettre un montant de Rs 12,07 millions à la banque, Krishan Malhotra a proposé de payer un capital de Rs 9,64 millions, excluant ainsi le montant d’intérêts et de pénalités.

« Les allégations qui ont été faites mardi dernier portent préjudice à l’image de notre banque et nous les réfutons catégoriquement. Rajesh Bhagwan aurait, à la limite, pu demander des précisions à la banque, mais il a préféré faire des déclarations sans nous consulter », s’indigne Khooshal Mussai, tout en affirmant que la DBM n’a jamais favorisé un client au détriment d’un autre.

Au vu de la nature sensible des déclarations du parlementaire, la DBM a tenu à mettre les points sur les « en réunissant la presse, avec l’autorisation du Dr Krishan Malhotra. « C’est la première fois qu’une banque donne des précisions sur la transaction d’un de ses clients. Voila pourquoi il nous a fallu du temps avant de pouvoir répondre à ces allégations », a souligné Khooshal Mussai.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires