Mayotte : préavis de grève illimitée à compter du 19 décembre

Avec le soutien de

L''''intersyndicale mobilisée dans le conflit contre la vie chère s''apprête à reprendre du service auprès de la population mahoraise. Les syndicats qui affirmaient en début de semaine leur volonté d''éviter une reprise du mouvement ont finalement déposé un préavis de grève.


"L’intersyndicale et les associations appellent tous les salariés en activité, les demandeurs d’emploi et les pensionnaires ainsi que la société civile à participer à ce mouvement de grève générale illimitée à compter du 19 décembre 2011 dès 05h30 à Mamoudzou", précise le préavis.

Le Collectif des citoyens perdus s''est désolidarisé de cette nouvelle initiative selon Mayotte Première, ce qui risque de pénaliser le mouvement, compte-tenu de "l''écho important" rencontré par l''association chez les habitants de l''île aux parfums et la légitimité des actions des syndicats dans ce conflit reste à redéfinir.

L''intersyndicale réclame l''amendement du protocole émis par le médiateur Denis Robin notamment pour la baisse des prix des produits de première nécessité de façon durable, l’affectation au kilo des produits négociés, la neutralisation des prix pour les produits qui n’ont pas fait l’objet de négociation, la garantie d’un accompagnement par un expert, aux frais de l’Etat ou de l’observatoire des prix et des revenus, pendant toute la durée des négociations.

Rencontre à Paris

"Il est urgent de rencontrer la Ministre de l’Outre-mer et des responsables de la grande distribution" fait-elle également savoir. Une délégation mahoraise devrait se rendre à Paris entre le 12 et le 15 décembre dans cette optique. D''ici le 19 décembre, syndicats et associations disent être disponibles "à toute négociation".

A noter que les syndicats avaient eu une réunion de travail avec le préfet Thomas Degos et les représentants de la grande distribution, mardi dernier (6 décembre), avaient indiqué qu’ils&nbsp feront tout pour éviter la relance du mouvement de protestation.

L''accord sur les prix proposé par le médiateur, Denis Robin, ne satisfait toujours pas les syndicats. Leurs réserves ne varient pas, ils refusent de s''arrêter à des efforts estimés insuffisants, avec des baisses de prix convenues seulement à court terme.
Ils craignent également que les enseignes ne jouent pas le jeu. Après 44 jours de conflit social contre la vie chère, certains produits ont en effet vu leur prix flamber. Autre motif de préoccupation, un conditionnement différent des produits alimentaires dits de première nécessité pourrait permettre aux distributeurs de contourner l''accord de baisse des prix.

L''intersyndicale a finalement décidé&nbsp de reconduire une grève, aucun compromis n’ayant&nbsp émergé des discussions entre les parties concernées.


Source : Zinfos974

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires