Mayotte : l’Agence Régionale de Santé, un bilan pour une 1ère bougie

Avec le soutien de

L’Agence Régionale de Santé a été créée pour décentraliser la gestion du système de Santé. Son ancrage régional sur La Réunion et Mayotte, permet d’adapter la politique de santé au plus près des populations, écrit le Journal de l’île de la Réunion.

Le&nbsp projet de santé (PRS) a permis de donner un diagnostic régional de santé de l’océan Indien, et de définir des objectifs précis : agir dans les domaines de la périnatalité et de la petite enfance, des maladies chroniques, du handicap et du vieillissement, de la santé mentale et de la santé environnement. L’ARS a un budget de 35 millions d’euros et emploie 440 personnes.

C’est ainsi qu’ont été créées deux plateformes de veille et d’urgence sanitaires à La Réunion et Mayotte qui réceptionnent les renseignements pour éventuellement alerter sur d’éventuelles épidémies ou autres risques de santé, Mayotte étant exposée aux flux migratoires et aux maladies exotiques, comme la dengue, le chikungunya ou le paludisme, explique le docteur Guy Lajoinie, responsable de la cellule de veille, d’alerte et de gestion Sanitaire.&nbsp « Nous gérons aussi les politiques sur le VIH Sida, les maladies sexuellement transmissibles, les campagnes de vaccination », poursuit le Dr Lajoinie.

Quant à la lutte anti-vectorielle, la stratégie sur Mayotte a été modifiée, explique pour sa part Betty Zumbo, entomologiste et responsable de la lutte anti-vectorielle, « puisque nous avons opté en 2010 pour l’utilisation des moustiquaires imprégnées d’insecticides. Dans le village-test de Dzoumogné 1000 foyers ont été choisis, et si nous n’avons pas fini l’évaluation, l’opération a été bien perçue par les habitants. En 2011, nous comptons couvrir ainsi la moitié de Mayotte ».

Ces moustiquaires sont efficaces 3 ans, à la fin desquels les habitants devront les changer : c’est pourquoi une sensibilisation de la population est importante. L’ARS aura déboursé 400 000 euros par an, pour une opération qui sera étendue à l’ensemble de l’île en 2 ans.

Le bilan 2010 pour l’ARS à Mayotte passe aussi par la campagne « Nayenchi Ourahafou » mise en place par Danielle Mouffard, directrice de la délégation ARS Mayotte.&nbsp « C’est une opération qui garantit le nettoyage permanent de l’île, éradiquant ainsi les potentiels gîtes larvaires. Les batteries vont également être ramassées et une étude en cours va également s’intéresser aux brulages de déchets pour en évaluer l’impact sur l’environnement et la santé ».

Le Journal de l’île de la Réunion

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires