Maurice sur la voie des transplantations cardiaques

Avec le soutien de

De l’espoir pour les Mauriciens en déficience rénale, mais aussi pour les diabétiques et hypertendus qui courent le risque de se retrouver en déficience rénale demain. Le calvaire des dialyses au moins trois fois par semaine et une soif chronique qu’ils n’ont pas le droit d’assouvir pourraient être réglés à travers une transplantation rénale après l’adoption mardi dernier du projet de loi sur la transplantation, le Human tissue (Removal, Preservation and Transplant) Bill.

Comme tous les pays du monde, à l’exception de l’Iran, ce projet de loi vient aussi interdire la vente des organes humains à des fins de transplantations et d’études.

Le Dr Sunil Gunness, directeur médical du Centre de cardiologie de Pamplemousses estime que l’adoption de ce projet de loi est un grand pas en avant pour Maurice qui veut se positionner comme un centre médical d’excellence, mais aussi comme un centre de tourisme médical de grande réputation.

Selon ce chirurgien cardiaque, Maurice sera également en mesure d’effectuer des transplantations cardiaques.

« Je crois que nous devons aussi travailler en étroite collaboration avec l’île de la Réunion avec laquelle nous pouvons avoir des échanges d’organes, car cette île n’est qu’à 45 minutes de chez nous et à des centres médicaux très développés. Avec une telle collaboration, nous pourrons avoir un plus grand réservoir de donneurs, mais aussi de receveurs afin d’éviter de gaspiller des organes qui ne trouveront pas de preneurs chez nous », explique le Dr Sunil Gunness.

Il explique qu’en France, la loi permet aux hôpitaux de prélever les organes de toute personne décédée et qui n’aurait pas exprimé de son vivant une quelconque objection au prélèvement de ses organes.

Il évoque également la nécessité de transplantation pour les déficients rénaux mauriciens, car le dialyse n’est pas une finalité, mais une mesure temporaire qui coûte en ce moment très chère à l’Etat.

Ainsi, le gouvernement va dépenser Rs 160 millions par an, après la décision d’utiliser l’EPO, sur un millier de Mauriciens qui sont dialysés environ trois fois par semaine.

Le nombre de dialysés va s’accroître au fil des années avec la haute incidence du diabète et de l’hypertension, estime-t-on. Ces deux maladies sont connues pour leurs effets destructeurs sur le rein, entre autres.

« Si on peut utiliser des organes cadavériques, une personne qui aura exprimé sa volonté de donner ses organes après sa mort pourra tirer deux personnes sur la liste des dialysés » explique le Dr Sunil Gunness.

Ainsi, Maurice, à la traîne dans le domaine des greffes et transplantation d’organe aborde une nouvelle phase de développement médical.

Toutefois, bon nombre de spécialistes, parlant sous le couvert de l’anonymat, estiment que tout est à faire dans le domaine de la transplantation, car les transplantations rénales à partir des organes des proches parents ne donnent un taux de succès de 20 % seulement, alors qu’ailleurs ce taux avoisine les 90 %.

Le pays ne dispose pas des moyens nécessaires pour le transport des organes prélevés, car le ou les organes prélevés doivent être implantés moins de quatre heures après le prélèvement. Exception faite de la cornée.

« La transplantation en elle-même demande des chirurgiens spécialisés qui ne sont pas présents en grand nombre à Maurice. Le plus difficile et le plus coûteux concerne la période post-opératoire avec des médicaments et un personnel soignant spécialisés pour empêcher le rejet, chose que nous n’avons également pas non plus», explique un consultant en chirurgie.

Maurice a encore une longue route à faire dans le domaine de la transplantation, route qu’elle peut parcourir très vite avec une bonne volonté politique.

C’est en fait 13 ans après son ébauche que le projet de loi sur la transplantation a été adopté. Il avait été préparé en 1999 et présenté en première lecture par l’ex-ministre de la Santé, Satish Faugoo, en 2006.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires