Marche des indignés : La Voice of Hindu soupçonnée de menacer les organisateurs

Avec le soutien de

A la veille de la marche des indignés, les organisateurs disent subir des actes d’intimidation. Ils montrent du doigt la «Voice of Hindu» (VOH) qui, elle, affirme avoir mis sur pied une escouade pour surveiller l''''événement de près.

La Voice of Hindu (VOH) s’invite à la marche de protestation organisée sur Facebook. Ou, plutôt, elle s’oppose à cet événement et veut coûte que coûte se substituer à la police au cas où des dérapages ont lieu. « Nous sommes contre et nous suivrons les moindres faits et gestes des organisateurs ainsi que des participants, et nous n’hésiterons pas à intervenir s’il le faut », déclare Navin Unoop, un des dirigeants de cette association toujours proche du pouvoir en place.

Les principaux animateurs du mouvement «Wanted : 15 000 youngsters to save our future!», indiquent, eux, avoir reçu des messages d’intimidation depuis quelques jours. Ils accusent la VOH d’être derrière et la soupçonne d''être en train d’orchestrer un mauvais coup contre eux.

«Nous avons placé une banderole avec notre logo à Ebène et, à midi, nous avons été surpris de constater qu’elle a été endommagée», explique Alain Bertrand un des animateurs de la marche. Pour parer à tout débordement, les organisateurs confient avoir mis sur pied une brigade de jeunes composée de 200 personnes.

Cette équipe devra veiller à la sécurité des participants. Les organisateurs ont également fait appel aux services d’une firme de sécurité. Ils se disent déjà victimes d’attaques à caractère raciste sur leur profil Facebook.

«Mais tout cela ne nous empêchera pas d’aller de l’avant avec cette manifestation pacifique. Nous avons ras-le-bol de ces simagrées politiques auxquelles nous assistons depuis quelques mois et nous ne voulons plus d’une île Maurice entachée par la corruption», disent-ils.

Les organisateurs rappellent que cette marche reste avant tout pacifique. «Dès que le coup d’envoi sera donné, une équipe composée d’enfants entonneront l’hymne nationale et nous observerons également une minute de silence symbolique», poursuit Alain Bertrand.

De son côté, la VOH va déléguer ses gros-bras sur le terrain pour veiller à ce que tout se passe dans l’ordre. Comme elle l’a fait aux dernières élections, ce qui lui avait valu un rappel à l’ordre du Commissaire de police.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires