Marchands ambulants: Bienvenu s’attaque aux autres localités de Curepipe

Avec le soutien de

Le «Piton Building», situé près de la gare Jan Palach, à Curepipe, a été détruit. Le maire compte s’attaquer à d’autres endroits de la ville où des marchands ambulants opèrent. 

Il persiste et signe. Le maire de Curepipe, Mario Bienvenu, est déterminé à nettoyer la ville des marchands ambulants. Ainsi, après le centre-ville, il compte s’attaquer aux autres localités où ces derniers opèrent. Les marchands, eux, refusent d’opérer au Forum. Une manifestation devant la mairie est prévue ce mardi 3 décembre.

La tolérance zéro sera appliquée, soutient le maire de Curepipe dans une déclaration à l’express, en parlant des marchands ambulants.Il est déterminé à «assainir» le centre-ville d’abord puis d’autres localités où ces derniers opèrent.

Mario Bienvenu affirme qu’il ne souhaite pas que sa ville soit comme Port-Louis. Il fait référence à la décision du gouvernement de laisser les marchands ambulants opérer durant le mois de décembre. Les ex-marchands du Piton Building et de la foire Ramdin l’ont, en effet, rencontré hier, lundi 2 décembre, pour lui formuler cette requête. Ils ont même promis qu’ils partiront en janvier. Ils voulaient que le square Bruce soit mis à leur disposition.

Mais le maire leur a fait comprendre que leurs propositions ne seront plus considérées. Le temps n’est plus au dialogue, affirme Mario Bienvenu. «On a eu tant de pourparlers. Je ne vais pas revenir sur ma décision. Ils doivent coopérer», précise le maire de Curepipe.

Les marchands, eux, sont déterminés à ne pas opérer au Forum, à Forest-Side. Ils trouvent que ce site est peu fréquenté. Pourtant, durant la période du Late Night Shopping, le Forum sera davantage desservi par des autobus.

Pour l’instant, les marchands dont les emplacements ont été détruits se déplacent dans le centre-ville afin d’y écouler leurs produits. Un des marchands prévoit des actions aujourd’hui, dont une manifestation devant la mairie. Une grève est également envisagée pour faire réagir le gouvernement central.

Une centaine de marchands ont été délogés à la suite d’un ordre de la municipalité, confirmé par la Cour suprême. Leur lieu d’opération se trouve sur le tracé du métro léger apprend-on. Ils ont dû lever le camp le 29 novembre dernier, jour où débutait le Late Night Shopping.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires