Madagascar-transition : l''UA demande des preuves supplémentaires

Avec le soutien de

Le CPS de l''''Union africaine préfère attendre avant de reconnaître le régime de Transition. Ce dernier doit montrer davantage de bonne volonté.

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l''Union africaine (UA) ne donne pas de chèque presque en blanc à la Transition et conditionne la levée de la suspension et des sanctions contre Madagascar, ainsi que certains de ses dirigeants, par la réalisation de mesures supplémentaires dans la mise en œuvre de la Feuille de route.

Le CPS « exprime son intention de lever la mesure de suspension de la participation de Madagascar aux activités de l’UA (…) lorsque la SADC (Communauté de développement d’Afrique australe) fera un rapport confirmant des progrès satisfaisants dans le processus de mise en œuvre de la Feuille de route, y compris son article 20, ainsi que la mise en place de la CENI (Commission électorale nationale indépendante) et la fixation du calendrier électoral ».C''est l''une des décisions du Conseil qui s''est réuni, jeudi, à Addis-Abeba, pour examiner le « dossier Madagascar », selon le communiqué officiel.

Certaines avancées significatives

Le CPS attend ainsi d''autres preuves de la part du régime de Transition avant d’effectuer un pas décisif pour faire sauter l''un des principaux verrous de la reconnaissance de ce dernier.Le Conseil, dirigé par le diplomate algérien, Ramtane Lamamra, «note certaines avancées significatives enregistrées dans les processus de réconciliation nationale et de sortie de crise ». Il cite, entre autres, la constitution d’un gouvernement d’union, ou encore la mise en place du Parlement.

Le CPS s''adresse également aux mouvances hésitantes ou récalcitrantes au processus. Il demande instamment aux mouvances Zafy et Ratsiraka de placer « les intérêts nationaux et permanents de Madagascar au-dessus de toute autre considération et de (ré)intégrer le processus de mise en œuvre de la Feuille de route en vue de promouvoir une Transition aussi inclusive que possible ».

Mais pour l''instant, les efforts fournis par la Transition sont insuffisants aux yeux du CPS pour réintégrer la Grande île dans la famille de l’UA. Comme un effet domino, une décision de levée de suspension de Madagascar auprès de cette dernière ouvrirait la porte à l''accélération du processus de normalisation des relations du régime avec la Communauté internationale, parachevé par les élections et la reconnaissance internationale.

Procédure bousculée

Le régime de Transition tente pourtant de mettre le paquet pour obtenir un avis irrévocable en sa faveur de la part de l’UA. Il s''est activé pour la mise en place du gouvernement et du Parlement. Il a même bousculé la procédure en ratifiant, par le biais du Conseil supérieur de la transition, la Feuille de route, la veille de la réunion du CPS. L''offensive diplomatique comme la visite d’Andry Rajoelina à Paris, reconnu chef d''État, n''a pas non plus provoqué une dynamique débouchant sur le feu vert de l’UA.
La Transition et les entités politiques devront retrousser leurs manches si elles veulent obtenir l''avis favorable de l’UA. Elles auront à régler l''épineuse question de l''article 20 de la Feuille de route, concernant le retour des exilés politiques, « y compris Monsieur Marc Ravalo&shymanana », et l''adoption d''« urgence » des instruments juridiques comme l''amnistie.

Dans la pratique, la levée de suspension et de sanctions contre Madagascar et certains de ses dirigeants pourrait nécessiter du temps. L''aval de l’UA devrait intervenir « après la mise en place de la CENI et la fixation du calendrier électoral ». Dans ce cas, il faudra encore attendre les rapports d''expertise des techniciens, même ceux des Nations unies, et d''un consensus des acteurs politiques avant que l''organisme panafricain franchisse le pas d''une manière définitive.

Source: Iloniaina Alain, l’Express de Madagascar

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires