Madagascar : les pâtes locales dans le pétrin

Avec le soutien de
L''''abondance des pâtes importées sur le marché crée des problèmes de ventes pour les producteurs locaux. Ils dénoncent une concurrence déloyale.

Les industriels malgaches dans l''impasse. Depuis le temps qu’ils ont réclamé haut et fort la mise en place des mesures protectrices vis-à-vis des produits&nbsp « made in Madagascar », personne ne semble encore les avoir entendus. Ils sont ainsi en perpétuel combat contre les produits importés en masse vendus à des prix moins chers. Les producteurs de pâtes locaux n''échappent pas à ce fait. « Concurrencer les produits importés représente un très rude combat. Sur le marché, nous faisons face à au moins une quinzaine de pâtes de marques importées », se plaint Harinony Johnson Andriamanandratra, coordinateur technique de Salone Madagascar.

Pour ne pas être engluée par ces produits alimentaires importés,&nbsp cette entreprise malgache&nbsp essaie&nbsp de faire le maximum pour suivre les évolutions des produits. Toutefois, les importateurs réussissent à la rattraper. « Cela fait deux ans que nous fabriquons des pâtes pré-cuites », révèle le coordinateur technique Salone Madagascar. Actuellement, il existe des pâtes importées également pré-cuites.

Selon les données de 2010, il existe deux producteurs dans la Grande Île, à savoir&nbsp Salone et Socobis. Ils continuent ainsi à demander la protection des produits malgaches par l''État. « Nous ne luttons pas seuls, nous faisons notre revendication à travers les associations des industries dont on est membre », précise Harinony Johnson Andriamanandratra. Leur demande risque cependant de se heurter à un mur étant donné que « le chiffre d''affaires du secteur pâte alimentaire était estimé à plus de 28 milliards d''ariary en 2010. Produits importés y compris », révèle une source fiable.

Choix des consommateurs
Mais les problèmes des industriels malgaches ne se limitent pas uniquement à l''État ni aux produits eux-mêmes, le choix des consommateurs entrent également en jeu. Même si les prix des produits nationaux et importés varient en général entre 400 ariary et 650 ariary, les consommateurs ont plus de penchant pour les produits étrangers. « La pâte Apollo est sûrement celle qui se vend le plus chez nous. Elle est importée de l''île Maurice », confie Ando Ravaojanahary, consommateur. Il explique également que les consommateurs aiment également tester les nouvelles marques de pâte au détriment de celles dont l''existence date de plusieurs années.

L’Express de Madagascar, 30 mars 2011.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires