Madagascar : L’Onu demande la reprise du dialogue entre les mouvances politiques

Avec le soutien de

Les Nations-Unies réclament un consensus avant d’accepter de soutenir l’organisation des élections.

Andry Rajoelina, le président de la Haute Autorité de la Transition(HAT)&nbsp a reçu une lettre émanant des services de l’Organisation des Nations Unies (Onu) lui demandant de rechercher le consensus sur la tenue des élections.&nbsp

Le président Andry Rajoelina devra donc se plier à la recommandation des Nations unies s’il veut que son gouvernement bénéficie de l’appui onusien dans l’organisation des élections législatives.

Lynn Pascoe, secrétaire-général adjoint aux affaires politiques, a répondu à la lettre d’Andry Rajoelina, datée du 30 décembre 2009, sollicitant l’assistance des Nations unies et l’envoi d’une mission d’experts afin de superviser l’organisation des élections législatives. Celles-ci sont prévues le 20 mars prochain.&nbsp

Il a encouragé Andry Rajoelina à s’entendre avec les autres acteurs politiques sur les questions relatives à l’organisation des élections.

« Nous restons persuadés que la tenue d’élections en dehors du cadre d’un processus inclusif et consensuel ne ferait que nuire aux efforts en cours, visant à trouver une solution pacifique à la crise que traverse votre pays », souligne Lynn Pascoe dans sa réponse en date du 22 janvier.

Il a aussi fait part au président de la HAT que les Nations unies soutiennent les efforts du président de Commission de l’Union africaine, Jean Ping dans ses efforts pour résoudre la crise actuelle. Une manière de lancer un appel à la mouvance Rajoelina afin qu’elle implique les autres sensibilités dans le processus de normalisation de la vie politique.

De sources proches de la présidence de la HAT, on apprend que le régime en place agira dans ce sens.
Lors de son passage à Antananarivo, la semaine dernière, Jean Ping avait souhaité le report des élections afin de permettre à toutes les mouvances de s’entendre sur le processus électoral.&nbsp Il avait au nom du Groupe International de contact donné 15 jours, à partir du 22 janvier, aux les leaders des mouvances pour lui faire parvenir une réponse.&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires