Madagascar-environnement : le dossier bois de rose remis à plat

Avec le soutien de

Le nouveau ministre de l''''Environnement et des forêts va étudier plus attentivement la manière de gérer la filière bois de rose. Il se donne trois mois.(Photo : Joseph Randriamiarisoa (à dr.), ministre de l''Environnement et forêt.)

Première sortie médiatique pour Joseph Randriamiarisoa, ministre de l''Environnement et forêt, mercredi, deux semaines après sa prise de fonction. « Un temps de silence indispensable pour réfléchir sur la manière dont il compte diriger son département », particulièrement chaud à cause notamment de l''affaire des trafics de bois de rose.

Sur ce dossier justement, il compte prendre deux à trois mois supplémentaires avant d''être fixé sur la suite à donner au devenir du stock saisi par l''État.

« Je vais d''abord écouter les propositions de toutes les parties concernées y compris celles des opérateurs de bois de rose qui, je pense, pourront avoir quelques bonnes idées sur la situation actuelle mais également sur la manière de gérer cette richesse à l''avenir. Je prendrai donc ma décision pour régler définitivement les questions sur les bois saisis vers le mois de février », déclare Joseph Randriamiarisoa, lors d''une rencontre avec la presse, hier, à son bureau à Antsahavola.

Ce docteur de formation affirme avoir carte blanche de la part du gouvernement pour prendre les décisions nécessaires. D''emblée, il a annoncé qu''il s’appuiera, uniquement et en priorité, sur les ressources notamment humaines et les structures dont son ministère dispose déjà. « Il n''y a personne de mieux placée que les techniciens forestiers pour gérer et protéger nos forêts. L''appui des autres ministères ne sera sollicité qu''en cas de besoin », a-t-il souligné, écartant par la même occasion toutes possibilités de recourir à de nouvelles organisations comme le task force.

Le ministre issu de la mouvance Zafy Albert s''est entouré d''hommes d’expériences parmi ses proches collaborateurs.
Restructuration

Certains ont déjà tenu des postes à responsabilités dans les précédents régimes comme Pierre Manganirina, ancien chef de région d''Analamanga du temps de l''ancien président Ravalomanana qui occupe le poste de secrétaire général. Odon Rabemanantsoa, ancien préfet de région est devenu directeur de cabinet tandis que Cyril Reboza, ancien sénateur, figure parmi ses conseillers.

Joseph Randriamiarisoa a également révélé quelques grandes lignes de sa politique dont une restructuration de son ministère pour asseoir une meilleure efficacité dans son fonctionnement. Certains textes seront également retouchés pour être plus cohérents avec la mission de ce département notamment dans le domaine de l''environnement.

Source : Mahefa Rakotomalala, lExpress de Madagascar

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires