Madagascar- Entreprises franches : menace d''arrêt de production

Avec le soutien de

Les perturbations dans les activités du bureau des douanes d''''Antanimena et la grève entamée depuis lundi se répercutent déjà sur les entreprises franches. Des pertes d''emplois massives sont à craindre.

Avant la suspension de l''Agoa (Africa growth opportunity Act), un vent froid commence de nouveau à souffler sur les entreprises franches. La grève des douaniers entrave le bon déroulement de leurs activités. Blocage des exportations, menace de pénuries de matières premières, dépenses supplémentaires pour les opérations logistiques sont parmi les conséquences de cette manifestation. « Nous avons environ une dizaine de conteneurs destinés aux exportations qui sont bloqués depuis jeudi. Ce nombre ne concerne qu''une seule usine », indique un employé d''une grande entreprise franche opérant dans le textile. Des responsables se réunissent dans les différentes entreprises par rapport à la situation.

D''autres responsables ont pris soin d''expédier leurs marchandises par voie aérienne pour éviter de perdre des clients. Ce recours entraîne pourtant des dépenses supplémentaires. « En tant qu''entreprise franche, nous pouvons bénéficier des services à Ivato ( aéroport) , mais les exportations par avion sont plus coûteuses. Au lieu de dépenser 5000 euros, nous allons débourser 18 000 euros pour ces conteneurs », explique un responsable auprès d''une entreprise franche à Andraharo. « Le client ne va pas nous rembourser », poursuit-il.

Rupture de production

Si la situation de grève persiste, les entreprises franches seront contraintes d''arrêter leurs productions. Des employés sont menacés d''entrer en chômage technique voire de perdre leur emploi. « Les entreprises franches fonctionnent en flux tendus c''est-à-dire que nous consommons immédiatement toutes les matières premières qui sont livrées. Si nous ne retournons pas à la normale dans de brefs délais, plus précisément d''ici jeudi( ndlr: demain), il y aura des conséquences fâcheuses », avance toujours notre interlocuteur.

Le bureau des douanes d''Antanimena traite une centaine de déclarations d''entreprises franches quotidiennement. Le vendredi, ce nombre peut atteindre les 200 déclarations.

Photo : Les emplois dans les entreprises franches sont fortement menacés


Lantoniaina Razafindramiadana, l’Express de Madagascar, 6 juillet 2011.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires