Madagascar – Elections : les Nations unies persistent

Avec le soutien de

Les Nations unies confirment le calendrier électoral de leurs experts. L’Union européenne met également la pression.

Des élections en mai-juin 2013, sinon rien. À travers une lettre officielle envoyée aux responsables malgaches, dont le ministère des Affaires étrangères, datée du 18 juin, en français et dûment signée par un adjoint de Ban Ki Moon, Secrétaire général, les Nations unies officialisent la position de leurs experts électoraux en mission d’évaluation en terre malgache. Les Nations unies persistent pour la tenue des élections, toujours jumelées, en mai-juin de l’année prochaine, soit dans un peu moins d’un an, mois pour mois. Les pressions se multiplient cependant autour de la Commission électorale nationale indépendante de la Transition (CENIT) pour qu’elle s’aligne sur ce calendrier.

Akinyemi Adegbola, chef de mission des experts électoraux, a préconisé les législatives et les présidentielles dans ce délai de onze mois, écartant des élections en novembre ou décembre, « en période de pluie », selon les termes employés. Mais au moment où la bande à Béatrice Atallah, présidente de la CENIT, se prépare pour des rendez-vous de négociations avec les responsables locaux des Nations unies, la communauté internationale fait monter les enchères.

Des indiscrétions avisées ont laissé entendre hier que l’Union européenne aurait&nbsp « demandé » à la CENIT de prendre une décision rapidement sur le calendrier électoral. Une date aurait ainsi été arrêtée, à savoir une décision dans un sens comme dans l’autre vers la mi-juillet, soit dans un délai de moins de deux semaines. L’UE, principale pourvoyeur de fonds pour les élections, pourrait ainsi conditionner sa participation financière à l’adhésion de la CENIT à ce calen¬drier.

Accélération

Coïncidence ou non, ces mêmes indiscrétions avancent qu’une rencontre entre Béatrice Atallah et Bruxelles, capitale belge abritant l’Union européenne, serait programmée prochainement. La numéro un de la CENIT infirme cependant la tenue de cette rencontre.

Les récents propos de Léonidas Tezapsidis, ambassadeur et représentant résident de l’Union européenne à Madagascar vont dans ce sens et semblent confirmer cette nouvelle donne. Ce représentant de l’Europe avait précisé que « de franches décisions de part et d’autres sont attendues, afin d’enclencher le processus de déblocage des fonds nécessaires pour l’appui financier de l’UE, qui pourrait durer des mois ». Il avait, en marge de la cérémonie officielle de la fête de l’Indépendance à Iavoloha, invité la partie malgache à avancer du concret. L’actuel déplacement de Jean Omer Beriziky, Premier ministre de la Transition, semble également donner plus de crédit à cette nécessité, même si cette visite politique à Bruxelles pourrait ne constituer qu’une « étape » dans le processus de négociations.


Misaina Rakotondratsima
(Source : L’Express de Madagascar)

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires