Madagascar-économie : Le secteur privé attend du concret

Avec le soutien de

Les opérateurs réclament des mesures concrètes et immédiates pour relancer l''''économie. Le délestage et l''insécurité ainsi que le paiement des arriérés de l''État doivent être résolus.

Coup?de pro&shyjecteur sur l''économie lors de la troisième journée de la cérémonie de présentation?de?vœux?à Iavoloha?vendredi.?Andry Rajoelina a, cette fois-ci, reçu la communauté des affaires et les organisations non gouvernementales. Dans leur discours?respectif,?les?deux parties ont donc pu aborder sans réserve les problèmes et les attentes de chacun. Herintsalama Rajaona&shyrivelo, président de l''Union des opérateurs malgaches (Fivmpama), a endossé le maillot du porte-parole des opérateurs à cette occasion. Après avoir fait le tour de tous les secteurs d''activités, il a réclamé des mesures à très?court?terme?pour accompagner?la?légère?reprise constatée en 2011 par rapport à 2010.

«?Laissons derrière nous les crises politiques. Il faut donner une priorité absolue au développement?de Madagascar. La communauté des affaires souhaite que 2012 soit une année de paix, d''harmonie et de travail?», a-t-il martelé dans son discours devant le président de la Haute autorité de la transition et son épouse ainsi qu''un panel de 700 personnalités.

Meilleure visibilité

Dans la foulée, le président de la Fivmpama a suggéré la mise en place d''une véritable feuille de route pour résoudre les problè&shymes?auxquels?les?opérateurs sont?confrontés.?À?très court terme, l’État doit payer ses arriérés vis-à-vis des entreprises du secteur privé. Le problème du délestage doit également être résolu au plus vite tandis que le dialogue?entre?le?gouvernement et le secteur privé doit s''instaurer de manière permanente. Herintsalama Rajaona&shyrivelo a également réclamé une?meilleure?visibilité dans les textes qui régissent les secteurs comme les technologies de l’information et de la communication ainsi que des mesures de protection des produits locaux par rapport aux importations. «?Il faut mettre en place un véritable esprit de défense des intérêts nationaux?», a-t-il martelé après avoir mentionné «?qu''en l''absence des aides internationales, seules les contributions des entreprises ont permis à l''État de fonctionner?».
Dans?son?discours, Andry Rajoelina a répondu en partie aux attentes du secteur privé,?sans?qu''il?y?ait?un scoop?dans?les?mesures qu''il a annoncées. Il est revenu sur le recours aux centrales mobiles?de?production d’énergie?pour?résoudre?le?problè&shyme?du?délestage?et confir&shymé l''arrivée?prochaine?d''un nouvel appareil pour étoffer la flotte d''Air Madagascar.Cependant, il a rappelé certains nouveaux dispositifs prévus dans la loi de finances, comme la détaxation des équipements agricoles, des consommables médicaux ainsi que des équipements nécessaires à la production d’énergie renouvelables.

«?Cette année sera celle de l''agriculture. L''agribusiness est un des secteurs avec lesquels nous comptons réaliser la croissance prévue?», a-t-il précisé après avoir rappelé qu''il est lui-même «?un chef d''entreprise qui vit et endure les mêmes problèmes?».

Presque tous les grands gabarits de monde économique malgache issus de divers secteurs comme la distribution pétrolière, les banques, la téléphonie, ont été remarqués à Iavoloha hier. Tous les présidents des organisations patronales y ont également été aperçus sauf?le?président?du Groupement?des?entreprises?de Madagascar (GEM) qui est en déplacement à l’extérieur.

(Photo&nbsp: Andry Rajoelina discutant avec Andry Rakotovao, président de la plateforme du riz).

Mahefa Rakotomalala, L’Express de Madagascar

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires