Lutchmeenaraidoo (MMM): «Nous nous dirigeons vers une crise sociale majeure»

Avec le soutien de

Le responsable de la Commission économique du Mouvement militant mauricien a brossé un portrait très sombre de l’avenir immédiat de Maurice, ce samedi 27 novembre. Vishnu Lutchmeenaraidoo s’est évertué, lors d’un point de presse, à démontrer comment le budget 2011 de Pravind Jugnauth ne tient pas compte de la crise sociale majeure qui couve.

C’est entouré d’autres membres de la Commission économique du MMM que l’ex-ministre des Finances a procédé à une critique systématique du budget qu’a présenté Pravind Jugnauth le vendredi 19 novembre. Il a d’abord mentionné le sort qu’a réservé le gouvernement aux ex-planteurs de Riche-Terre, saluant leur «combat juste et héroïque» et trouvant inconcevable que «sur Rs 8,3 milliards pour le projet de Jin Fei, le gouvernement a été incapable de trouver Rs 10 millions pour ces planteurs». Il estime, à cet égard, que quand Pravind Jugnauth, dans son discours du budget, parle de «abiding commitment to the values of our society : passion, kindness and generosity», le ministre des Finances énonce «des paroles en l’air».

Abordant la question de compensation salariale, Vishnu Lutchmeenaraidoo estime que Pravind Jugnauth a oublié l’essentiel de ses engagements du passé : permettre aux salariés de rattraper leur pouvoir d’achat. Alors que, par ailleurs, il a rempli d’autres engagements qui figuraient tant parmi ceux sui Mouvement socialiste militant que du MMM quand les deux formations étaient dans l’opposition, dont la National Residential Property Tax ou la déduction pour les impôts de la taxe pour des prêts de logement.

Pour Vishnu Lutchmeenaraidoo, cela ne relève pas d’un accident : depuis 2005, le gouvernement maintient systématiquement la compensation salariale en-dessous de du taux d’inflation. Ce qui aboutit à une perte de pouvoir d’achat de 18,6 %, soit l’équivalent, dit Vishnu Lutchmeenaraidoo, à une Taxe à valeur ajoutée du même pourcentage sur la consommation.

«Ce sont les consommateurs qui ont payé pour la politique économique de Rama Sithanen, ajoute-t-il. Et aujourd’hui, cela continue avec des risques pour la paix sociale.» Pour Vishnu Lutchmeenaraidoo, le gouvernement ne fait pas face à ses obligations, car, si la paix sociale continue à pourrir davantage, c’est le développement qui risque de souffrir. Pravind Jugnauth contraint toute l’Ile Maurice à financer son budget, estime-t-il.

Vishnu Lutchmeenaraidoo s’est attardé sur la question de la paix sociale qui est de plus en plus menacée, souligne-t-il. «La population s’appauvrit de jour en jour et cela crée davantage d’insécurité. Et la seule solution que propose Pravind Jugnauth, c’est de recruter davantage de policiers et d’ouvrir d’autres prisons !» Et d’ajouter qu’il faut s’attaquer à la racine du problème, qui est précisément le fait que les gens vivent de plus en plus mal et qu’il serait temps de promulguer l’Equal Opportunity Act.

Vishnu Lutchmeenaraidoo estime que les projections de la Commission économique du MMM n’ont jamais été démenties depuis 2007, soulignant qu’il avait mis le précédent ministre des Finances en garde quand celui-ci avait évoqué un «early harvest». Pour Vishnu Lutchmeenaraidoo, le gouvernement se caractérise depuis 2005 par un syndrome de «denial», refusant d’écouter les critiques constructives. Il a cité en exemple sa proposition d’achat de l’or, ce qui, ajoute-t-il, aurait évité aux finances publics de perdre quelque Rs 40 millions.

Parlant du Stimulus Package, il estime que cela a eu pour résultat de «stimuler les poches de certaines personnes proches du pouvoir». Alors qu’il aurait fallu faire davantage attention quand la situation paraissait calme au plan économique. «Nous avions dit que nous étions dans l’œil du cyclone. Nous avions également dit qu’il fallait faire attention au double dip. Que la situation risque de se détériorer à nouveau.»

«Nous mettons à nouveau en garde. Faites attention, il y a des risques d’un nouveau double dip, avec une aggravation du chômage et une grosse crise sociale.» Vishnu Lutchmeenaraidoo estime cependant que le gouvernement n’a pas les moyens de proposer des solutions durables et que le budget 2011 n’amènera pas de second souffle. «Si Rama Sithanen se réfugiait dans le denial, Pravind Jugnauth, lui, a choisi la fuite en avant

Après avoir critiqué la façon de faire face aux problèmes en créant des institutions ou en proposant des solutions qui risquent, au contraire, de compliquer la situation, évoquant la délégation d’embauche aux ministères ou l’institution de la Water Authority, Vishnu Lutchmeenaraidoo a parlé des incitations accordées aux petits planteurs, mettant ces derniers en garde contre des pièges dans les conditions.

Autre point fort de cette conférence de presse, la question de taxes. Pour Vishnu Lutchmeenaraidoo, le paradis fiscal se mue en enfer fiscal. Il critique fortement la stratégie de taxation de l’alcool, les cigarettes, les jeux ou encore le billets d’avion. Concernant les fléaux que sont l’alcoolisme, le tabagisme ou les maisons de jeux, il soutient que le gouvernement procède à l’adoption de «revenue raising measures», qui visent non pas à les combattre mais à permettre au gouvernement d’engranger plus de revenues.

Après avoir évoqué les difficultés d’opération pour les petites et moyennes entreprises, qui emploient pourtant quelque 45% de la main-d’œuvre, Vishnu Lutchmeenaraidoo a terminé sa conférence de presse en faisant ressortir que la Commission économique du MMM n’a aucune raison de changer d’un iota ses projections, qu’un crise économique majeure se profile à l’horizon et que le gouvernement est complètement dépassé par l’ampleur de la tâche qui l’attend et n’a aucune solution pour la crise à venir.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires