Lorsque Rama Valayden confond le politique qu’il est et le ministre qu’il doit être

Avec le soutien de

Les réactions fusent de toutes parts après les déclarations de l’Attorney General, Rama Valayden, lors d’un congrès du PMSD en début de semaine.

Le secrétaire général des bleus avait, en effet, accusé la police de pratiques discriminatoires à l’égard des Rastas et de membres de la communauté créole.

Il avait aussi affirmé que la brutalité policière était dirigée surtout contre les créoles. Rama Valayden est-il allé trop loin? Razack Peeroo, légiste et ancien ministre de la Justice, explique qu’il n’aurait jamais tenu de tels propos. Il affirme que la démarche de Rama Valayden remet en cause les institutions car le portefeuille de la police est placé directement sous la tutelle du Premier ministre. «Il y a d’autres moyens pour un Attorney General de faire entendre ses réserves sur l’institution qu’est la police», fait-il, en ce sens, ressortir.

De son coté Alan Ganoo, leader adjoint du MMM, affirme que l’Attorney General n’a pas respecté son devoir de réserve. Même s’il voulait dénoncer la brutalité policière, Rama Valayden aurait dû le faire autrement. Il rejoint en cela le point de vue exprimé par Razack Peeroo.

Pour Alan Ganoo, Rama Valayden a donné indirectement une «gifle magistrale au Premier ministre.»
La force policière a déjà réagi aux propos de Rama Valayden. Il reste néanmoins que sa démarche a une dimension électoraliste qui pourrait ne pas trop déranger ses alliés au sein de l’alliance du pouvoir.

&nbsp

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires