Lormus Bundhoo : « Sir Anerood Jugnauth a été un fardeau pour les Mauriciens »

Avec le soutien de

Les membres du Parti Travailliste ont fait une virulente sortie contre l’ancien président de la République, lors d’un congrès nocturne à Bel-Air. Selon le secrétaire général des rouges, sir Anerood a, tout au long de son parcours de Premier ministre, rendu la vie des Mauriciens pénibles en enlevant les subsides.

Sir Anerood Jugnauth a été la cible des membres du Parti Travailliste. Lors d’un congrès nocturne à Bel-Air, le lundi 9 avril 2012, à Bel-Air. Les trois élus de la circonscription No 10 (Montagne-Blanche/Grande-Rivière-Sud-Est), Jim Seetaram, Cader Sayed-Hossen et Rajesh Jeetah ont également pu compter sur l’appui du secrétaire général du Parti Travailliste, Lormus Bundhoo, pour faire le procès de l’ancien président de la République.

Pour le ministre de la Santé, Sir Anerood a, en plusieurs occasions, pris des décisions impopulaires, ce qui a selon lui rendu pénible la vie de nombreux Mauriciens. « Souvenez-vous des subsides qu’il avait enlevés sur le riz ration, ainsi que sur les frais d’examen du SC et du HSC », a-t-il indiqué. « Il a été un fardeau pour la nation. »

En contraste, selon Lormus Bundhoo, le Parti Travailliste a, durant toute son existence, défendu l’intérêt des plus démunis. « C’est pour cela que sir Seewoosagur Ramgoolam a rendu l’éducation gratuite, alors que son fils a, plus tard, offert le transport gratuit aux scolaires ainsi qu’aux personnes âgées. »

Lormus Bundhoo en a aussi profité pour revenir sur l’affaire MedPoint. Il estime que sir Anerood Jugnauth a décidé de refaire de la politique active dans un seul but : la survie politique de son fils Pravind. « Où se trouvait sir Anerood lorsque les fonctionnaires du ministère de la Santé et des Finances avaient été accusés. C’est lorsque son fils a été arrêté qu’il n’a pas manqué de critiquer la commission anti-corruption », a-t-il martelé.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, Rajesh Jeetah, a lui aussi fait une sortie en règle contre sir Anerood et utilisant même le mot « voleur ». « Il a pendant neuf ans profité des privilèges que lui offrait la présidence. Il a en tout bénéficié de Rs 40 millions pendant toutes ces années », a-t-il poursuivi.

Les différents orateurs ont également saisi l’occasion pour mobiliser les membres du public en vue du traditionnel meeting du 1er Mai. « Venez en foule à Vacoas, le Premier ministre a besoin de vous », ont-ils déclaré.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires