Lois du travail : 243 licenciés déterminés à poursuivre la lutte

Avec le soutien de

Ils sont remontés et plus que jamais déterminés à lutter pour leur licenciement injustifié. Des General Workers, anciennement employés sous contrat par l’Assemblée régionale, étaient nombreux à tirer à boulets rouges sur le gouvernement régional lors d’une conférence de presse jeudi dernier.

Dans un communiqué daté du 15 mai, le Public Bodies Appeal Tribunal (PBAT), souligne que ces travailleurs licenciés ont tout à fait le droit d’être entendus par un tribunal. Selon Friendly Azie, le fait qu’ils aient été reconnus comme des fonctionnaires par ce tribunal leur donne une grande lueur d’espoir. «Bann ki finn maltret nou et pa inn ena rekonesans pou travay ki nou finn fer pou developman Rodrig pou bizin reponn devan la cour byento», a-t-il dit avec force.

Alain Meunier, de son côté, a fait l’historique de sa lutte, qui date de 1999, en faveur des chômeurs. Il a été très sévère envers les responsables de l’Eglise et certains mouvements liés au centre Carrefour qui «auraient mis en place une stratégie pour diviser la force des chômeurs.» Ce dernier s’est montré déterminé à poursuivre son combat jusqu’au bout. «Pena okenn sef deta ou sef relizie ki kapav vinn aret Alain Meunier» a-t-il déclaré.

Maryline Augustin a également eu la dent dure envers les dirigeants actuels qu’elle accuse de les avoir licenciés «par vengeance».  Elle a tenu à remercier le ministre Nicolas Von-Mally pour son soutien.

Joseph Darcet Edouard Fils a, lui, déclaré que «leur licenciement a un effet direct sur l’économie du pays.»  Selon lui, le pays est en danger et c’est pourquoi les travailleurs licenciés se préparent à descendre de nouveau dans la rue.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires