Local Government Bill: Aucun tripotage ou de « hidden agenda », selon Nita Deerpalsing

Avec le soutien de

Campagne de désinformation ou mécompréhension totale de la part de l’opposition ? Ce sont là les interrogations de la députée du Parti Travailliste Nita Deerpalsing, qui a répondu à l’opposition sur la redéfinition des arrondissements, une des propositions du Local Government Bill&nbsp présenté par le ministre Hervé Aimée.

« Il n’y a aucun tripotage, aucune entorse&nbsp aux lois du pays, ni de dessein politique, ou de magouilles comme certains membres de l’opposition veulent le faire croire », a lancé Nita Deerpalsing ce mercredi 7 décembre. Elle commentait&nbsp la controverse que suscite le projet de loi (Local Government Bill), lors d’un point de presse de l’aile féminine de l’Alliance Ptr-PMSD&nbspau quartier général des Rouges à Port-Louis.

Nita Deerpalsing&nbsp a dénoncé le fait que le leader de l’opposition ait préféré ne pas présenter&nbsp de Private Notice Question (PNQ) le mardi 6 décembre pour se rendre au château de Réduit. «Paul Bérenger aurait pu saisir ce privilège qui lui revient à lui seul, et griller le Premier ministre avec une PNQ en bonne et due forme au Parlement afin d’avoir des réponses à toutes ses interrogations au sujet de la redéfinition des arrondissements. Soit, l’opposition mène une campagne de désinformation, soit il s’agit d’une vraie mécompréhension de leur part », a ajouté Nita Deerpalsing.

La chargée de communication du Parti travailliste dit également trouver « drôle et incroyable » que l’opposition n’ait pas compris que le ministre Hervé Aimée ait seulement fait une proposition législative en ce qui concerne la redéfinition des arrondissements. « Le Premier ministre aurait été dans l’illégalité si demain il venait&nbsp annoncer la tenue des élections municipales dans, par exemple, cinq au lieu des trois wards de Quatre-Bornes. Le ministre des Administrations régionales a tout fait dans la légalité en ayant des échanges officiels avec l’Electoral Supervisory Commission », a-t-elle souligné.

Auparavant, la ministre de la Sécurité sociale, Sheila Bappoo, a salué le pas ‘historique’ qu’a fait le chef du gouvernement Navin Ramgoolam en présentant la veille un amendement constitutionnel&nbsp à l’Assemblée nationale. Un amendement qui permettra une meilleure représentation des femmes aux élections régionales et qui, rappelle-t-elle, a été voté à l’unanimité.

« Le gouvernement de Navin Ramgoolam a une fois de plus marqué l’histoire en prévoyant dans les lois&nbsp plus de justice sociale, de droits et de chances&nbsp dans une société qui reste toujours patriarcale et où les femmes sont généralement exclues de la politique », a-t-elle dit.

Sheila Bappoo a en outre souligné que cet amendement encouragera la politique de proximité et une démocratie plus saine, sans compter qu’il permettra aux femmes de venir de l’avant&nbsp avec leurs compétences, aptitudes et qualités dans les villes et villages.

La ministre de la Sécurité sociale s’est également prononcée sur la décision du Premier ministre d’avoir exclu une telle proposition pour les élections générales. Reprenant les arguments de Navin Ramgoolam, elle a avancé que rien ne presse, car les élections générales sont prévues pour 2015, et que le rapport du Professeur Carcassonne permettra d’étudier quel aspect de la loi à amender.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires