Litige dans l’industrie sucrière: Bérenger évoque « l’hypocrisie des travaillistes »

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition, commentant le litige opposant le JNP à la MSPA, estime que la situation est aussi catastrophique parce que le Parti Travailliste avait voté les deux lois du travail en 2008.

« Si les parlementaires du Parti Travailliste n’avaient pas voté en faveur de l’Employment Relations Act et de l’Employment Rights Act de 2008 nous n’en serions pas là. » C’est la déclaration de Paul Bérenger, qui s’exprimait sur le conflit entre les syndicalistes du Joint Negotiating Panel et la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA), lors de sa conférence de presse hebdomadaire tenue ce samedi 11 août à Ebène.

Paul Bérenger n’a pas manqué de critiquer le Parti Travailliste qui a voté deux lois qu’il considère comme étant « anti travailleurs ». Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) soutient que l’Employers Relation Act permet à l’Employment Relations Tribunal (ERT) d’interdire une grève et ainsi mettre les syndicalistes sous le coup d’une arrestation.

Il a aussi dénoncé les prises de position des députés de la majorité gouvernementale, à savoir Nita Deerpalsing et Patrick Assirvaden, qui sont, selon lui, en train d’encourager les syndicalistes à ne pas respecter la loi. « Ce serait mieux d’amender la loi », a-t-il fait ressortir.

Le leader de l’opposition a aussi commenté le dernier communiqué émis par la MSPA qui a indiqué que ses membres seraient disposés à négocier collectivement à partir du 1er janvier 2014. « Au niveau du MMM nous souhaitons que la MSPA adopte cette posture définitive », a-t-il poursuivi.

Au chapitre politique, Paul Bérenger a affirmé que l’alliance avec le Mouvement socialiste militant (MSM) est de nouveau sur les rails. Le leader des mauves a ainsi déclaré que la question d’alliance avec le Parti Travailliste ne se pose plus. Cependant, en ce qui concerne la réforme électorale, Paul Bérenger a précisé que le MMM restait à la disposition de Navin Ramgoolam à travers son adjoint, Alan Ganoo.

Le leader de l’opposition a cependant indiqué que le Premier ministre n’est pas sérieux sur la réforme électorale. « Il essaie de se défiler en utilisant plusieurs prétextes », a-t-il dit.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires