Libye : Kadhafi prépare-t-il son retour ?

Avec le soutien de

Selon Mahmoud Djabril, le numéro deux du nouveau régime libyen, Muammar Kadhafi pourrait choisir de "déstabiliser le nouveau régime en Libye", ou alors de "proclamer un État séparatiste dans le sud" du pays, écrit Le Point.fr ce mercredi.

Le quotidien rappelle qu’il ne reste plus qu''''une ville aux mains des fidèles de Muammar Kadhafi. Mardi, Bani Walid, l''un des derniers bastions acquis à l''ex-Guide libyen, est tombé aux mains du nouveau pouvoir libyen, laissant Syrte, où les combats ont redoublé d''intensité, orpheline dans le pays. Pourtant, alors que la "libération totale" du pays promise par le nouveau régime - qui signifierait la fin du mandat de l''Otan - n''a jamais été aussi proche et que l''ex-dictateur libyen a disparu depuis la prise de sa résidence de Bab al-Aziziya, à Tripoli, le 23 août dernier, le numéro deux du Conseil national de transition (CNT) libyen a été l''auteur de révélations pour le moins surprenantes.

"Je crois fermement que Kadhafi tente de revenir au pouvoir avec l''aide des tribus touareg dans le nord du Niger, le sud de la Libye et le sud de l''Algérie et du Mali", a affirmé Mahmoud Jibril, chef de l''exécutif provisoire, dans une interview publiée mardi par le quotidien pan-arabe Asharq al Awsat. "Je pense qu''il se prépare vraiment à ça", a-t-il insisté. Selon Mahmoud Jibril, le colonel Kadhafi a deux options, soit "déstabiliser le nouveau régime en Libye, soit proclamer un État séparatiste dans le Sud, qu''il nommera comme il voudra : les Touareg, le Sud, la Grande Afrique", a poursuivi le numéro deux du CNT.

Appel du pied à l''Otan


Ces déclarations ne doivent rien au hasard, en plein milieu de la visite-surprise cette semaine à Tripoli d''Hillary Clinton. Saluant "la victoire de la Libye", la secrétaire d''État américaine a tenu à assurer le nouveau pouvoir libyen que "la chose la plus importante" était de "s''assurer que Kadhafi et son régime ne puissent plus perturber la nouvelle Libye", laissant entendre à demi-mot que la Libye nouvelle pouvait encore compter sur le soutien occidental. "Nous espérons qu''il sera capturé ou tué bientôt, ainsi, vous n''aurez plus à avoir peur de lui et vous pourrez aller de l''avant", a-t-elle souligné.

"Je ne pense pas qu''il puisse se calmer avant de faire quelque chose, car la vengeance l''habite et il n''accepte pas la défaite", a néanmoins insisté Mahmoud Djibril au sujet de Muammar Kadhafi. "Il fera l''impossible pour détruire tout nouveau système en Libye." D''après le président du conseil exécutif du CNT, l''ex-leader se déplace en permanence entre le Sud libyen, le nord du Niger et l''Algérie et son entourage a recruté entre 10 000 et 15 000 hommes de la région du Darfour (Soudan) et des Al-Rachayda - une importante tribu du Soudan - pour combattre auprès de lui. La guerre de Libye n''est peut-être pas (encore) terminée.

Source : Le Point.fr


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires