Libération de Gary Lam Po Tang : la Cour suprême réserve son verdict

Avec le soutien de

L’appel logé par le Directeur des Poursuites Publiques (DPP) contre la remise en liberté conditionnelle de Gary Lam Po Tang a été débattu ce mercredi 9 février. La Cour suprême a, ainsi, réservé son verdict.

Accusé d’avoir commandité le meurtre de son épouse, Hélène, Gary Lam Po Tang a comparu en Cour suprême dans la matinée de ce mercredi 9 février, pour débattre de sa remise en liberté. Les juges ont réservé leur jugement, suite à la motion des avocats de la défense, après l’appel entré par la Major Crimes Investigation Team (MCIT) contre sa liberté accordée par la cour de Pamplemousses.

La séance de mercredi a été marquée par le contre-interrogatoire des limiers de MCIT par les avocats de Gary Lam Po Tang, Me Yousuf Mohamed, Senior Counsel (SC) et Me Ravi Yerrigadoo. « Nous les avons interrogés sur les faits et avons plaidé durant la journée. Maintenant, nous attendons le verdict de la Cour Suprême », a expliqué Me Yousuf Mohamed à lexpress.mu.

Cela fait donc plus de trois mois que Gary Lam Po Tang est derrière les barreaux. Son épouse avait été retrouvée morte à leur domicile, au Morcellement Swan, à Baie-du-Tombeau, le vendredi 15 octobre, alors qu’il était lui-même en voyage d’affaires en Chine. La victime portait vingt-cinq plaies sur le corps, sans doute causées par des coups de couteau et une fourchette de jardin à trois dents.

Gary Lam Po Tang a été arrêté quelques jours après son retour au pays, ayant été impliqué par son homme de confiance, Sanjiv Nunkoo, comme étant le commanditaire de ce meurtre. Il a expliqué avoir une dette envers son patron mais il s’est aussitôt rétracté en mettant à l’index un ami de son patron, Ak Kim Chue Kee Cheung.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires