L’hôtel Le Flamboyant sauvé par le groupe Union-Beau-Vallon

Avec le soutien de

 Situé à Belle-Mare, l’hôtel Le Flamboyant fait face à des difficultés depuis 2011.

 Rs 377 millions. C’est la somme à laquelle l’hôtel Le Flamboyant a été racheté par la «Southern Cross Tourist Co Ltd», compagnie contrôlée par le groupe Union-Beau-Vallon. Un accord est intervenu le lundi 2 septembre.

 Après treize mois de négociations entre la Southern Cross Tourist Co Ltd (SCTC), la Blue Horizon Hotel Ltd(BHHL), qui gère l’hôtel Le Flamboyant, et le cabinet d’experts-comptables PricewaterhouseCoopers(PwC), un accord est intervenu le lundi 2 septembre. L’hôtel, situé dans la région de Belle-Mare, a été racheté au prix de Rs 377 millions par la SCTC, filiale du groupe Union-Beau-Vallon.

Cette opération permettra à la SCTC de renforcer sa présence dans le secteur du tourisme, dans la mesure où elle est déjà propriétaire de l’hôtel Le Preskil. Interrogé, Thierry Merven, Chief Executive Officer du groupe Union-Beau-Vallon, a confirmé la transaction.

Tout commence en 2011 quand la BHHL, filiale du voyagiste italien Valtur, se retrouve en difficulté financière dans le sillage de la crise économique. En octobre 2011, trois commissaires spéciaux sont nommés par le gouvernement italien pour trouver une solution aux problèmes de Valtur.

PwC est approché par le conseil d’administration de BHHL comme consultant. L’objectif est de trouver une solution pour les opérations du Flamboyant.

Lors de discussions entre les commissaires et les consultants de PwC, la décision est prise d’engager une procédure de compromis sous l’article XVII de la Companies Act 2001. Cette procédure, rarement utilisée, a permis d’éviter la liquidation de BHHL mais a demandé des efforts financiers de la part de tous.

En effet, la procédure a requis, dans un premier temps, un appel d’offres public sous la supervision de PwC. Mais la meilleure offre reçue était insuffisante pour permettre le règlement intégral des créances. D’où la nécessité de traiter d’abord les créanciers privilégiés (banques et Mauritius Revenue Authority).

A Maurice, certains créanciers de cet hôtel de Belle-Mare menaçaient de mettre la compagnie en liquidation. Cela aurait eu un impact négatif sur la valeur commerciale du Flamboyant.

Les créanciers ordinaires ont accepté que leurs dettes avant octobre 2011 soient gelées en attendant qu’une solution soit trouvée. Ils ont finalement accepté de rayer 80 % de ces dettes.

Au total, 51 personnes sont employées par BHHL. Elles auront un nouveau contrat de travail avec la SCTC, mais conserveront leurs temps de service. Ces employés avaient accepté d’être en congé sans solde depuis mai 2013 en attendant la reprise de l’hôtel.

«Nous sommes satisfaits d’être arrivés à ce compromis et surtout d’avoir pu préserver des emplois. Nous voulons souligner les efforts de tous – créanciers privilégiés, créanciers ordinaires ainsi que les employés», indique André Bonieux,Senior Partner à PwC. L’équipe de PwC comprenait aussi Rajeev Basgeet, directeur, et Rajen Poonisamy, Manager du département Business Recovery Services.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires