Les sociétés de protection des consommateurs demandent l’interdiction des publicités sur les jeux

Avec le soutien de

Depuis l’arrivée du Loto, le 29 octobre 2009, les sociétés de protection des consommateurs se mobilisent pour prévenir le public des dangers que représente la prolifération des jeux du hasard sur la société mauricienne.

«Le plus grand danger proviendrait de l’addiction que provoquent ces jeux sur le public mauricien et cela au détriment d’une meilleure qualité de vie», avance Mosadek Sahebdin, président de l’Institut de la protection des consommateurs. Selon lui, le travail n’a pas été fait en amont pour prévenir les Mauriciens. «La population a été livrée en pâture. Aucune campagne n’a été menée&nbsp pour informer les Mauriciens», ajoute-t-il.

Le président de cet institut ajoute que la population a besoin d’être éduquée. «Il faut montrer aux Mauriciens que ces jeux sont très aléatoires et qu’il n’y a qu’une infime minorité qui en profite. Les gens sont ainsi déconnectés de la réalité. Il faut leur apprendre que l’argent n’est pas facile à avoir, et qu’il faut travailler dur pour toucher des salaires ou obtenir des revenus», précise Mosadek Sahebdin.

Autre conséquence de ces jeux sur la société, c’est&nbsp l’endettement. Jean Daniel Camoin, président de l’Association pour la protection des emprunteurs abusés, abonde dans ce sens. «Nous ne sommes pas capables, pour l’instant, de&nbsp mesurer l’impact de ces jeux sur les problèmes liés à l’endettement. Nous menons une enquête actuellement. Mais il est clair qu’indirectement ces nouveaux jeux affectent la qualité de la vie de la population. Ce sont des dépenses inutiles» affirme-t-il.

L’Institut pour la protection des consommateurs propose d’interdire les publicités qui incitent la population à l’endettement. «La population doit jouer d’une manière raisonnable et responsable mais elle ne peut pas le faire parce qu’elle n’a pas été prévenue des méfaits de ces jeux. C’est pourquoi nous allons demander que les publicités sur les jeux, que ce soit les paris ou la Loterie Nationale, soient interdites. Il faut briser ce déséquilibre social», conclut-il.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires