Les municipalités se tournent vers de nouvelles sources de financement

Avec le soutien de

Une aire de stationnement à Port-Louis. L’administration de la capitale mise sur les parkings pour renflouer ses caisses l’année prochaine.

Ils auront pour tâche, entre autres, de renflouer les caisses des municipalités. De nouveaux maires seront élus d’ici à vendredi dans les trois villes contrôlées par l’opposition. Auront-ils assez de munitions pour ce faire ? Certains projets démarrés cette année pourraient bien leur venir en aide.

 
D’ici à vendredi, de nouvelles têtes se retrouveront à la direction des trois villes contrôlées par l’opposition parlementaire. Devant les problèmes que rencontrent systématiquement les villes pour joindre les deux bouts, les nouveaux dirigeants auront-ils assez de munitions pour renflouer les caisses des municipalités pour l’année à venir ? Certains projets démarrés cette année pourraient bien leur venir en aide. Tour d’horizon à Port-Louis, Beau-Bassin-Rose-Hill et Quatre-Bornes.
 
Dans la capitale, c’est surtout sur les aires de stationnement payant qu’on mise. «Trop de ces parkings ont fait irruption et ne possèdent pas de trade licence», explique Kishan Servansingh, le responsable des finances de la municipalité de Port-Louis. Cette licence est de Rs 1 000 par espace de stationnement par an. Ce qui représente une coquette somme vu qu’il y en aurait 700 de ce type au total. «Le processus de légalisation a déjà démarré», affirme le conseiller.
 
Les bâtiments sont également une source importante d’argent. Selon Kishan Servansingh, certains Building Permits ont été émis, mais le suivi n’a jamais été assuré par les inspecteurs. «C’est une étape importante pour appliquer la taxe immobilière. D’autres bâtiments ont fait des extensions et il faut revoir la taxe appliquée. Le manque de personnel a ralenti le processus, mais l’on peut se concentrer sur cette taxe à l’avenir», ajoute-t-il.
 
Du côté de Quatre-Bornes, l’on compte aussi sur l’apport des loyers. Le nouveau food court de la ville, où les premières locations seront récoltées en janvier, aura son importance. «Nous avons 30 locataires pour l’instant et ils injecteront un plus dans les caisses de la ville», explique la mairesse sortante, Rooma Meetoo. Vu les Rs 6 millions investies dans la rénovation du bâtiment, c’est un fait non négligeable.
 
D’autre part, les 18 appartements appartenant à la mairie à Newton House devraient rapporter gros l’année prochaine. Les anciens locataires, qui ont quitté les lieux cette année, payaient Rs 400 par mois depuis 20 ans. Les nouveaux paieront au minimum Rs 8 000, chiffre donné par les évaluateurs du gouvernement. «Il y a quelques petites rénovations à faire et des couches de peinture à rajouter, mais d’ici à février nous devrions être prêts», ajoute Rooma Meetoo.
 
À Beau-Bassin-Rose-Hill, les options sont toutefois plus limitées. «Nous sommes assez limités en termes de ressources», reconnaît le maire sortant Toussaint André. «La seule arme dont nous disposions est le taux de la taxe immobilière. Nous sommes dépendants du grant-in-aid du gouvernement central», déclare-t-il.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires