Les hôteliers satisfaits de la résilience de l’économie mauricienne

Avec le soutien de

L’école internationale de management hôtelier Vatel a organisé un colloque sur le « marketing en période de crise », notamment dans le secteur hôtelier. les différents intervenants affirment qu’il n’y a pas lieu de paniquer, malgré cette situation précaire car Maurice résiste bien.

Les opérateurs dans le secteur hôtelier calment le jeu. Malgré la crise économique qui secoue actuellement le secteur touristique, Maurice résiste bien, soutiennent-ils. C’est en tout cas l’avis exprimé par les différents intervenants qui ont pris la parole à l’occasion d’un colloque organisé par l’école internationale d’hôtellerie et de management Vatel, le mardi 13 mars à l’hôtel Hennessy à Ebène.

« Ce n’est pas la première crise qui frappe le monde. Rien ne sert de paniquer. Il nous faut nous appuyer sur cette situation et en sortir plus fort », a expliqué Tiburce Plissonneau-Duquesne, Training Manager chez Beachcomber.

Gregory De Clerk, Area Manager chez le groupe Starwood Hotels &amp Resorts, explique, lui, que Maurice fait très bien face à la crise. « Maurice continue à attirer les investisseurs. Si on fait une comparaison avec des pays comme la Thaïlande ou encore l’Egypte, nous devons dire que nous nous en sortons bien », a-t-il avancé.

Pour revenir aux raisons qui ont conduit à cette situation économique précaire, Gregory De Clerk explique que tout va tellement vite actuellement. « Il y a aujourd’hui un engouement du public. Pour preuve, tout va vite notamment sur le marché boursier et les opérateurs n’arrivent plus à suivre », a-t-il déclaré.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, Rajesh Jeetah, qui était également invité à prendre la parole a, lui, fait ressortir, que depuis toujours Maurice fait face à des situations de crise que ce soit d’ordre politique, social ou économique. « Mais ce n’est pas pour autant que nous avons baissé les bras. D’ailleurs, nous sommes aujourd’hui un pays développé qui suscite l’admiration », a-t-il avancé.


Selon le ministre, le pays a cette faculté de s’adapter à toutes les situations. « Partir de rien, pour par la suite prospérer », a-t-il ajouté. Il est ainsi remonté jusqu’aux années 70, à l’époque où le gouvernement était parvenu à augmenter les arrivées touristiques pour atteindre la barre des 100 000 dans les années 80.

Rajesh Jeetah a aussi indiqué que c’est la main-d’œuvre mauricienne qui a fait le succès de notre économie tout en insistant qu’il faut axer nos efforts sur la formation. Selon lui, le personnel hôtelier à Maurice n’a rien à envier aux pays étrangers. « Nous avons le meilleur service à Maurice », a-t-il souligné.

Renaud Azema le directeur général de Vatel Maurice, s’est, lui, dit satisfait des réflexions apportées lors de ce colloque. Il a saisi de l’occasion pour lancer un appel aux hôteliers d’investir davantage dans la formation. « Réduire les tarifs n’est pas la solution, seule la formation peut nous aider à avancer », a-t-il fait ressortir.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires