Les Etats-Unis rejettent des appels à abolir la peine de mort

Avec le soutien de

Les Etats-Unis ont rejeté mardi les appels de pays membres du Conseil des droits de l''''homme de l''ONU demandant aux autorités américaines d''abolir la peine de mort.

Des pays du Conseil ont demandé à Washington d''abolir la peine de mort dans le cadre d''une série de recommandations sur la situation des droits de l''homme aux Etats-Unis. D''autres pays ont demandé aux autorités américaines de réduire la surpopulation carcérale, de ratifier des traités internationaux sur les droits des femmes et des enfants et de prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre le profilage racial.

Le conseiller juridique du département d''Etat américain, Harold Koh, a rejeté les appels à l''abolition, expliquant devant le Conseil des droits de l''homme, basé à Genève, que la peine de mort était autorisée par le droit international.

La peine de mort aux Etats-Unis est appliquée au niveau fédéral et dans trente-cinq États fédérés sur cinquante que compte le pays. Aujourd''hui, les États-Unis font partie du cercle restreint des démocraties libérales qui appliquent la peine de mort.
&nbspLes Etats-Unis&nbsp se sont engagés cependant à s''attaquer aux discriminations raciales et à humaniser leurs prisons. La délégation américaine a notamment rappelé que l''administration Obama&nbsp œuvrait à la fermeture de la prison de Guantanamo, sur l''île de Cuba, où sont encore détenus quelque 170&nbsp personnes suspectées d’actes terroristes,&nbsp et qu''elle ne tolérait plus la torture.

"Nous remuerons ciel et terre pour éliminer tout ciblage racial parmi nos forces de l''ordre, pour faire en sorte que les mineurs soient traités avec respect par notre système judiciaire et pour garantir un traitement humain en détention", a déclaré le représentant américain.

Les Etats-Unis ont adhéré l''an dernier au Conseil des droits de l''homme, que boycottait George Bush, le prédécesseur de Barack Obama à la Maison blanche.

Sources : Associated Press/ Reuters

&nbsp

Associated Press/ Reuters

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires