Les collaborateurs de Mgr V.W. Ryan (II)

Avec le soutien de
Il y a quinze jours (voir l?express du 18 juillet 2005), cette rubrique évoquait le 150e anniversaire de l?arrivée à Port-Louis du premier évêque anglican, Mgr Vincent William Ryan (1816-1888). Il est alors accueilli par les quatre pasteurs desservant les trois seules églises de son diocèse. A son départ, en 1867, il laisse à son successeur, Mgr Hatchard (1869-70), treize prêtres, une douzaine d?églises et de chapelles et une trentaine d?écoles à travers l?île. La présente chronique fait la part belle aux premiers collaborateurs locaux de Mgr Ryan et à ses appels à la Church Missionnary Society (CMS), à la Mauritius Church Association (MCA), appelée à devenir un conseil diocésain. La propagation de l?Evangile de Jésus-Christ parmi les travailleurs engagés indiens demeure une des priorités de l?évêque Ryan. Une association missionnaire pour jeunes, fondée par le Lt Gordon des Royal Engineers, obtient son soutien. Le Rd A. Taylor est encouragé par l?évêque à poursuivre son apostolat auprès des Indiens en prison et au Vagrant Depot. Le Dr Ryan estime que les efforts seraient plus fructueux si son diocèse disposait de missionnaires ayant une vaste expérience de l?Inde et maîtrisant les langues indiennes parlées par les travailleurs agricoles. Il décide de faire appel à la CMS. En 1854, le Rd David Fenn passe quelques mois à Maurice. Le premier à répondre à l?appel de l?évêque Ryan est le Rd Stephen Hobbs, le futur archidiacre des Seychelles. Il débarque à Maurice avec sa famille en 1857. Le Rd Paul Gotthold Ansorgé et sa famille arrivent à Maurice en 1857. Mention a été faite de son ministère quand il a été question plus haut de l?hospice de Moulin à Poudre. De là, le Rd Ansorgé est transféré à l?église Saint-Paul, Plaine-Verte. Le Rd Peter Sorenson Royston devient missionnaire de la CMS après une belle carrière à Cambridge. Il arrive à Maurice en 1864 pour en occuper les fonctions de secrétaire. Il quitte Maurice en 1871. A Londres, il fait partie du personnel de la CMS. Il deviendra, en 1872, le 4e évêque de Maurice. Le Rd Henry Dison Buswell, futur archidiacre des Seychelles est missionnaire à Jaffa, Inde, quand on lui demande de se rendre à Maurice. Sa santé inquiète pourtant ses médecins qui lui déconseillent les pays de mission. Il passe outre et mourra à l?âge de? 101 ans après avoir servi neuf évêques de Maurice. Le Rd W. Wright débarque à Agra, Inde, en 1854, pour se joindre au personnel du Collège St-John. Il deviendra un orientaliste confirmé. Il arrive à Maurice en 1867 et est attaché à l?église de Mahébourg, avant d?être nommé professeur d?hindi au Collège Royal. La politique de la CMS est de soutenir directement ses missionnaires. Ceux-ci doivent répondre à son représentant à Maurice, faisant fonction de secrétaire et pourvoyant à leur bien-être. Ils sont des free-lancers collaborant à l?évêque Ryan, à qui ils doivent obédience canonique. Le système fonctionne parfaitement pendant l?épiscopat de Ryan. Il n?y a pratiquement pas de friction entre eux. La Société pour la propagation de l?Evangile est la première à ?uvrer à Maurice. Pendant des années, elle verse au chapelain en chef une subvention annuelle de £ 200 par an. Dès l?arrivée de l?évêque Ryan, il demande qu?elle soit revue à la hausse. En 1857, elle passe à £ 500 pour chacune des trois prochaines années, après quoi elle passe à £ 1 000. En sus, l?évêque reçoit de temps en temps des allocations additionnelles diverses pour des projets spécifiques. Au départ, le travail missionnaire se concentre à Belle-Isle, pour le district de Rivière-Noire et la région de Vacoas. En juin 1857, l?évêque Ryan nomme un comité diocésain chargé de l?extension du travail missionnaire. Le Rd A. Taylor en est le premier secrétaire. D?autres sociétés viennent de temps en temps en aide au diocèse de Maurice. La plus importante est sans conteste la Société pour la promotion des connaissances religieuses. Ses contributions pendant l?épiscopat Ryan s?élèvent à £ 3 588. L?évêque pense que le moment est venu de mettre sur pied une bibliothèque diocésaine. Quelques mois après, cette société envoie, de Londres, au diocèse, une collection complète de biographies chrétiennes. En décembre 1862, le Dr Pusey envoie 36 volumes de la Bibliothèque des pères apostoliques. L?évêque Ryan transforme graduellement la MCA en conseil diocésain. Ses membres s?intéressent au travail missionnaire et l?accompagnent souvent dans ses tournées d?inspection. Il leur arrive souvent d?avancer les sommes faisant défaut afin de ne pas bloquer les travaux faute de financement. Ils le font spontanément par sympathie pour leur évêque. Ils occupent pourtant de hautes et délicates fonctions et ne manquent pas de responsabilités diverses. La principale tâche de la MCA est de prendre charge des finances du diocèse anglican. Les besoins ne font pas défaut, y compris l?entretien des églises. Les membres du clergé sont de plus en plus nombreux. Ils ne figurent pas tous sur la liste des fonctionnaires salariés de l?Etat. La juridiction de l?évêque Ryan s?étend de plus aux Seychelles, à Madagascar et même à Zanzibar. De 1854 au 30 décembre 1859, la MCA a récolté plus de £ 10 000. Mais cela ne suffit pas. L?évêque Ryan se propose de se rendre en Grande-Bretagne pour obtenir de quoi régler les dettes de son diocèse, dont une somme de £ 400 restant à payer sur le coût de construction de l?église de Mahébourg. Il y a aussi le projet de construire une église pour les Tamouls, une autre pour les Bengalis. En avril 1861, il rentre à Maurice avec en poche une somme de £ 5 000. Elle n?est pourtant pas obtenue sans peine car, en une quinzaine de jours, il a eu à faire une quinzaine de sermons et à s?adresser à une demi-douzaine d?assemblées. En mars 1866, le diocèse obtient du gouvernement que six chapelains figurent sur la liste des fonctionnaires rémunérés des fonds publics et une subvention annuelle de £ 1 000 pour l?apostolat auprès de la population d?origine indienne. (A suivre) Références : Mgr Ghislain Emmanuel : Diocèse of Mauritius (1810-1973) Patrick Barnwell : Mgr Vincent William Ryan, (Dictionnaire de Biographie mauricienne)
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires