Les Chagossiens mettent la pression

Avec le soutien de
Le gouvernement britannique ne plie pas face aux revendications des Chagossiens mais il assouplit sa position. Le sous-secrétaire britannique aux Affaires étrangères et au Commonwealth, Bill Ramell, a réitéré, hier à la Chambre des communes pendant la séance des ?Oral Parliamentary Questions?, la volonté de son gouvernement d?organiser une visite des Chagossiens dans l?archipel. Il répondait aux questions du député travailliste d?Islington North, Jeremy Corbyn, qui s?est voué à la cause de ces derniers. La veille, Bill Ramell déclarait que le gouvernement serait prêt à reconsidérer ses refus de demandes de compensations aux Chagos-siens. La pression que maintient le député Jeremy Corbyn pourrait également faire pencher la balance : il a soumis hier une motion à la Chambre demandant l?annulation des Orders in Council du 10 juin. Motion qui aurait obtenu le soutien d?un certain nombre de députés. Ces développements ne suffiront cependant pas à calmer l?ardeur des principaux concernés. C?est avec virulence que plus d?une centaine de manifestants ont crié leur désarroi hier devant le Haut commissariat britannique, à Port-Louis, face au ?dédain? du gouvernement de Tony Blair vis-à-vis des Chagossiens. Le leader du Groupe Réfugiés Chagos (GRC), Olivier Bancoult, a remis une pétition au Haut commissaire adjoint, Micheal Plum, avant de brûler une copie des Orders in Council annulant la décision de novembre 2000 de la Haute cour de Londres, qui décrétait l?expulsion des Chagos-siens en 1968 comme illégale. Bancoult a lancé un ultimatum aux autorités britanniques stipulant que la communauté chagossienne viendrait camper devant le Haut commissariat dans 15 jours si sa demande n?est pas acceptée. Les Chagossiens, qui protestent en tant que citoyens britanniques, ont scandé des slogans comme : ?Rann nou Diego !?, ?Aret bwar disan Sagosien !?, ?Angle dominer !?, ?Konpansasyon, nou drwa? La pétition, qui a recueilli plus de 3 000 signatures, comporte une première demande à la reine d?Angleterre de révoquer les deux Orders in Council du 10 juin. ?We, your loyal subjects, citizens of the British Indian Ocean Territory (BIOT) humbly pray that your Majesty revokes the following Orders in Council: a) BIOT Constitution Order in Council dated 10th June 2004. b) BIOT Immigration Order in Council dated 10th June 2004.? Ces décrets reconnaissent le contrôle total de l?immigration dans l?archipel à la Grande-Bretagne. Une deuxième requête porte sur des arrangements immédiats pour que les Chagossiens visitent les îles de Peros Banhos, Salomon et Diego Garcia ainsi que la construction d?infrastructure pour des activités de pêche et d?agriculture. Cette question a été évoquée par Bill Rammell, lundi à la Chambre des Communes. Il a indiqué que, selon une étude de faisabilité, le repeuplement de l?archipel coûte-rait au départ £5 millions (Rs 250 millions) et de Rs 150 millions à Rs 250 millions par an ensuite. De plus ?le repeuplement à long terme serait précaire?, a-t-il souligné. Diego Garcia évoqué aux Communes Il a assuré à la Chambre que les Etats-Unis ne paient pas de loyer pour l?utilisation de Diego Garcia et il a rappelé qu?en 1966, ?la Grande-Bretagne a conclu un accord sur l?utilisation de la BIOT avec les Etats-Unis. Selon cet accord, le territoire peut être utilisé par les deux pays à des fins militaires pour une période initiale de 50 ans et pour une période ultérieure de 20 ans. Un accord conclu en 1976 s?occupe de la fondation et du fonctionnement d?un United Defense Facility à Diego Garcia?. Diego Garcia avait aussi fait l?objet d?une question du député Alex Salmond à Bill Rammell. Il voulait savoir si le comité international de la Croix Rouge a visité Diego Garcia depuis le 1er janvier 2001 ou si le comité a demandé la permission à cet effet. Rammell a répondu que la Croix Rouge n?a jamais visité l?île et n?a jamais soumis de requête pour le faire. La pétition du GRC concerne une demande d?emploi immédiat d?un millier de Chagossiens sur Diego Garcia ; du paiement immédiat d?une pension mensuelle de Rs 50 000 à chaque Chagossien et de Rs 25 000 à chaque enfant de Chagossien; le début immédiat de négociations pour le paiement des compensations dues aux Chagossiens à cause des ?unlawful acts? du gouvernement britannique. L?ancien président de la République, Cassam Uteem, était présent à la manifestation pour montrer sa solidarité. Il a dit souhaiter ?un plus gros soutien de la masse mauricienne car les Chagossiens sont des Mauriciens même s?ils ont des passeports britanniques. Il faut descendre dans la rue quand on n?arrive pas à faire avancer sa cause?, a-t-il renchéri. Il a comparé le sort des Chagossiens à celui des Sud-africains noirs sous l?apartheid. Cassam Uteem a ensuite traduit en créole la conversation téléphonique qu?il venait d?avoir avec le député Corbyn. Ce dernier, en route pour le Parlement, lui avait dit qu?il allait ?raise the issue? des Orders in Council qu?il a décrits comme ?a disgrace for humanity? et démontrer ?the complete lack of democracy in the process?. Chose qu?il a faite à travers la motion qu?il a présentée. Il a toutefois soutenu que la meilleure chance pour les Chagossiens se trouve dans la voie légale. La seule façon d?annuler un Order in Council est par un judicial review de la Haute cour de Londres. Il a ainsi promis, par le biais de Cassam Uteem, qu?il continuerait à travailler pour la cause des Chagossiens et qu?il s?adresserait à la Haute cour et à la Commission des droits de l?homme des Nations unies. Selon Jeremy Corbyn, Rammell aurait laissé entendre que le gouvernement britannique serait prêt à reconsidérer ses refus face aux demandes de compensation et le souhait des Chagossiens de visiter leurs îles natales. Cependant, Jeremy Corbyn pense que le droit de visite est bien mais que le droit de retour reste la priorité. Il déplore ?le mal que l?histoire a fait aux Chagossiens? et estime que le gouvernement britannique se doit de le réparer. L?opinion mondiale, a-t-il dit, doit être alertée pour que les Chagossiens obtiennent la justice qui leur est due. Une équipe de la chaîne de télévision britannique, ITV, était présente à la manifestation dans le cadre d?un documentaire qu?elle produit sur les Chagossiens. Un journaliste de ITV a confié à l?express que l?opinion publique britannique a été interpellée par la situation des Chagossiens depuis quelques semaines et que ?les développements les plus importants vont se passer à Londres? L?équipe d?ITV s?envole dans une semaine pour les Seychelles où elle interviewera d?autres exilés des Chagos.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires