Les cantiniers iront en Cour pour contester une décision du ministère de la Santé

Avec le soutien de

Les aliments qui leur ont été imposés, comme les faratha, dholl puri, crêpes et patates, seuls mets autorisés à être vendus dans les établissements scolaires à partir de janvier 2010, sont contestés.

La Canteen Operator’s Union a tenu une conférence de presse, ce mercredi 2 décembre, à la cure de l’Immaculée Conception à Port-Louis, pour annoncer leur décision d’aller en cour.

Cette organisation entend aller de l’avant pour que «les obligations» de la Food Act soient revues. Elle déposera une plainte devant la Cour suprême, le vendredi 4 décembre, après avoir envoyé un courrier, sans réponse, à Rajesh Jeetah, ministre de la Santé, pour demander que des négociations soient entreprises avec les associations de parents d’élèves, les maîtres d’écoles et les propriétaires de cantines scolaires. «Nous voulons travailler et arriver à un consensus dans la démocratie et non pas imposer des choses sans consultations», affirme Bernard Betsy, président de la Canteen Operator’s Union.
Ce syndicat organisera le même jour une assemblée générale au Centre Marie Reine de la Paix pour effectuer une démonstration de force. En effet, l’association regroupe 470 cantiniers qui font bloc contre cette liste de 16 produits à vendre dans les cantines. «Cette liste signifie la mort des cantiniers», ajoute Bernard Betsy.

Ces décisions s’inscrivent également dans le cadre de la campagne de sensibilisation, menée par les ministères et les associations auprès des enseignants, des parents et des cantiniers pour inculquer aux enfants l’importance de consommer plus de fruits et de légumes pour être en meilleure santé.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires