Le White Paper enfin ! Ou peut-être pas…

Avec le soutien de

Navin Ramgoolam a de nouveau annoncé la publication imminente du white paper.

Le livre blanc sur la réforme électorale sera publié très bientôt. C’est du moins ce qu’a annoncé le Premier ministre, Navin Ramgoolam, cette semaine. Une «promesse» qu’il avait déjà faite à plusieurs reprises auparavant. Mais depuis, plus rien, malgré des engagements auprès des Nations unies.

 
Ça y est ! La publication du white paper sur la réforme électorale, c’est pour dans quelques jours ! C’est du moins ce qu’on devrait croire si on prête foi aux dires du Premier ministre. Le hic, c’est qu’on a une étrange impression de déjà-vu : c’est qu’il nous avait déjà fait cette promesse auparavant. Mais depuis, plus rien, malgré des engagements auprès des Nations unies. Et si finalement, Navin Ramgoolam était vraiment un farceur, comme l’a qualifié Paul Bérenger hier, samedi 21 décembre, dans la conférence de presse du Remake ?
 
Le coup du «bientôt le livre blanc sur la réforme électorale» sent le rance. Au mois de mai, dans l’hémicycle, le Premier ministre profite d’une question de la députée mauve, Lysie Ribot, sur la représentativité des femmes au Parlement, pour annoncer la publication, déjà attendue depuis l’année précédente, de son white paper pour fin juillet. Mais fin juillet, Navin Ramgoolam prévient, avant son départ en mission officielle à Paris et à Londres, qu’il lui faudra encore deux semaines pour être prêt. La préparation de ce document demande plus de travail que prévu, dit-il. Ce sera donc pour la mi-août, promis !
 
Quatre mois plus tard, on n’a pas encore vu une seule page de ce livre blanc. S’agirait- il d’une légende urbaine ? C’est sans surprise le Premier ministre qui remet la chose à l’ordre du jour. Ce mercredi, lors d’une cérémonie de remise de certificats organisée par le National Institute for Citizenship Education, Ramgoolam tient un langage de vrai rassembleur : « Je fais partie de la population générale », dit-il, se scandalisant qu’on doive encore, en 2013, déclarer son appartenance ethnique pour se porter candidat aux élections générales. Et Ramgoolam annonce la publication imminente du white paper une nouvelle fois. Si l’on s’en tient à la notion du temps très élastique du Premier ministre, ces quelques jours d’attente devraient prendre fin en... avril 2014 ! Alors, le livre blanc sera enfin publié. Peut-être. Ou alors, Ramgoolam annoncera sa publication prochaine pour la quatrième fois.
 
Depuis le début, ses adversaires politiques n’y croient pas du tout. Après la deuxième annonce du white paper, les dirigeants du Remake avaient considéré cela comme une astuce pour créer une scission entre les deux partenaires. Une réforme électorale serait, selon ce scénario, tributaire d’une alliance rouge-mauve. Le fait que le MMM et le MSM soient parvenus à un terrain d’entente sur la formule à adopter aurait alors retiré tout le capital politique que Navin Ramgoolam pouvait espérer en retirer. 
 
N’empêche que capital politique ou pas, la crédibilité de Maurice devant les instances internationales est dans la balance. Quand la Commission des droits de l’homme des Nations unies a statué que l’obligation de déclaration de l’appartenance ethnique violait les droits humains, comme l’affirmait Rezistans ek Alternativ, l’Etat mauricien avait jusqu’au 28 février pour faire connaître sa position. Et les consultations nationales sur la question étaient un engagement pris par nos dirigeants. Or, cette consultation ne peut démarrer qu’à partir du white paper…
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires