Le village d’Albion se mobilise contre le projet «industriel» d’un agent politique

Avec le soutien de

Le promoteur concède qu’il est proche du pouvoir mais affirme n’avoir bénéficié d’aucun traitement de faveur pour faire aboutir son projet. Un projet que les forces vives de la région contestent vivement.

C’est un autre projet «industriel» qui fait des vagues dans le village d’Albion. Vanessen Singaravelloo, ex-président du conseil de district de Rivière-Noire a dû déboiser un terrain situé à l’entrée de la gare routière pour mettre en chantier ce projet.

Toutefois, la tension n’a pas tardé à monter, lorsque les forces vives ont exprimé leur mécontentement devant ce qu’ils appellent un «développement sauvage». De plus, ils pensent que l’ex-président aurait bénéficié d’un coup de pouce spécial pour la réalisation de ce projet.

Interrogé par l’express.mu, ce vendredi 1er mars, Vanessen Singaravelloo n’a pas caché le fait qu’il est «un proche du pouvoir», mais il affirme toutefois, n’avoir bénéficié d’«aucun traitement de faveur».

Ce dernier martèle que c’est au terme de cinq longues années qu’il a pu voir ses démarches aboutir. D’ailleurs, il n’a bénéficié que d’un tiers de la superficie totale de terres réclamé.

Cependant, les membres forces vives avec à la tête Alain Aliphon, membre du conseil de district de Rivière Noire sont montés au créneau pour dénoncer ce développement. Selon eux, cet endroit se devait d’être préservé à tout prix. Ils se disent prêts à tout pour faire de sorte que ce projet n’aboutisse pas.

Voir la vidéo 


 

Marc ATCHIANE

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires