Le retour de l''ancien candidat potentiel embarrasse le PS

Avec le soutien de

Après le retour à Paris de celui qui jusqu''''à son arrestation avait de grandes chances d''être leur candidat à la présidentielle de 2012, les socialistes sont d''une grande prudence.

L''un de ses anciens lieutenants résume assez bien l''état d''esprit général. "Dominique, dit-il, est devenu notre colonel Chabert. Comme dans la nouvelle de Balzac, nous nous étions habitués à son absence mais, maintenant, qu''il revient parmi nous, nous sommes bien en peine de savoir ce que nous allons pouvoir en faire." Qu''attendre de Dominique Strauss-Kahn ? Après le retour à Paris, dimanche 4 septembre, de celui qui jusqu''à son arrestation, le 14 mai, avait de grandes chances d''être leur candidat à la présidentielle de 2012, les socialistes sont d''une grande prudence.

Car si nul ne veut se couper définitivement de lui, la plupart le voient aujourd''hui comme un ami embarrassant, dont le retour sur la scène politique n''est pas souhaité dans l''immédiat. Ce qu''a laissé entendre Ségolène Royal dimanche, sur BFM-TV. "Tout ce qui s''est passé ne remet pas en cause sa compétence. (…) Pour la suite, je crois qu''il faut “laisser du temps au temps”, comme disait François Mitterrand", a-t-elle dit.

Laisser passer du temps, donc, mais combien ? Rares sont les dirigeants socialistes qui disent attendre de DSK un rapide retour sur la scène politique. C''est le cas de son ami Michel Destot. "Je préférerais qu''il s''exprime assez vite auprès de ses amis ou en public et sur tous les sujets, y compris sur la façon dont il se positionne par rapport à la primaire", confie au Monde le maire de Grenoble, qui soutient la candidature de Martine Aubry à l''élection présidentielle.

Cette position, à ce jour, est minoritaire. Lui aussi engagé aux côtés de Mme Aubry, Benoît Hamon ne souhaite pas que le retour de l''ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI) perturbe la campagne de la primaire des 9 et 16octobre. "L''essentiel, c''est que les candidats se fassent entendre, que l''on parle de leurs propositions, et que les électeurs puissent percevoir leurs différences. Nous devons rester concentrés sur cet objectif et ne pas nous laisser divertir", affirme le porte-parole du PS.

"PLOMBER MARTINE"

Manuel Valls, qui a toujours dit qu''il n''aurait pas été candidat si DSK l''avait été, ne souhaite pas, lui non plus, que celui-ci prenne position dans la primaire. "Je ne vois pas son avantage à le faire, dit-il. Dominique est conscient qu''il a posé un problème à la gauche, au PS et aux Français. C''est d''abord là-dessus qu''il doit s''expliquer. La primaire se fera sans lui, et je ne crois pas qu''il fera quoi que ce soit qui risque de gêner."

En quoi, au juste, M.Strauss-Kahn pourrait-il gêner les socialistes? Chez les amis de François Hollande, la situation est délicate. Entre le député de Corrèze et l''ancien directeur général du FMI, les relations ont toujours été froides mais, depuis le 14mai, la plupart des lieutenants du second se sont ralliés à la candidature du premier. C''est le cas de Pierre Moscovici, directeur de campagne de M. Hollande, qui souhaite voir DSK jouer un rôle pendant la campagne présidentielle, mais juge "artificiel" de "le ramener à un acteur lambda du débat des primaires".

Pour les strauss-kahniens ralliés à M. Hollande, une prise de position de leur ancien mentor en faveur de Mme Aubry – hypothèse considérée comme probable en raison du "pacte" que celui-ci avait scellé avec elle avant son arrestation – serait embarrassante.

Pour Mme Aubry, la situation est également compliquée. "Vu son image dans l''opinion, DSK sait qu''il prend un risque de plomber Martine s''il dit qu''il la soutient", commente un proche de la maire de Lille. Cela signifie-t-il que la candidate ne compte plus sur le soutien de DSK ? "Si c''est le cas, c''est une erreur, commente un ancien lieutenant de celui-ci rallié à Martine Aubry. Car une fois qu''il se sera expliqué, Dominique sera très écouté, et il vaudra mieux l''avoir avec soi que contre soi."


Thomas Wieder – LeMonde.fr

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires