Le Remake 2000 réclame la tête de quatre ministres du gouvernement

Avec le soutien de

Les dirigeants de l’alliance MSM-MMM critiquent vertement Vasant Bunwaree, Anil Bachoo, Mireille Martin et Yatin Varma et demandent leur révocation du gouvernement.

Lors de leur traditionnelle conférence de presse du samedi, sir Anerood Jugnauth et Paul Bérenger soutiennent que les ministres de l’Education (Vasant Bunwaree), l’Attorney General (Yatin Varma), celui de la Protection de l'Enfance (Mireille Martin) et des Infrastructures publiques (Anil Bachoo) doivent être démis de leurs fonctions. Ces ministres affirment, sir Anerood Jugnauth, leader du Remake, sont à la source d’une dégradation du climat social.

Paul Bérenger, leader du MMM, trouve, de son côté, inquiétant que ces quatre ministres soient encore à leurs postes respectifs. «Plus Vasant Bunwaree essaie de justifier les choses, plus il s’enfonce. C’est une honte nationale. L’affaire MITD se dévoile davantage de jour en jour», soutient Bérenger. Il soutient également que, dans l’affaire de détournement de mineure au collège Hamilton, l’enseignant incriminé avait déjà été arrêté en 2008 pour attouchements sur des élèves.

Yatin Varma en prend également pour son grade. Il fabriquerait, selon Paul Bérenger, des témoins dans l’incident où il aurait frappé un conducteur automobile. «Jamais un ministre n’est tombé aussi bas. Il y a aussi beaucoup de ‘cover up’ dans cette affaire même si le Premier ministre avait donné la garantie qu’il n’y aura pas de représailles contre les témoins», assure le leader des mauves.

Ce dernier se dit aussi «révolté» par l’attitude de Mireille Martin dans l’affaire du Foyer Namasté. «Dans ce cas précis, ceux qui font leur devoir sont victimisés alors que les présumés coupables sont en liberté», s’attriste Paul Bérenger qui ne rate pas l’occasion de fustiger «l’arrogance et l’incompétence» de la ministre au Parlement.

Dans le cas d’Anil Bachoo, le leader du MMM dit ne pas comprendre qu’il soit toujours en poste alors que sa responsabilité est engagée dans plusieurs affaires comme les accidents de la route, les morts occasionnés par des catastrophes et le problème des drains, entre autres. «Désormais, Anil Bachoo va demander l’avis du DPP pour savoir si le contrat alloué à ProGuard Ltd est légal ou non pour la gestion des ‘speed cameras’ sur nos routes», avance Paul Bérenger.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires