Le Ptr invite députés et ministres à dénoncer les propos de Sir Anerood à la Hindu House

Avec le soutien de

En mettant en exergue ce qu’il considère comme des manquements du gouvernement, le dimanche 18 mars, à la Hindu House, sir Anerood Jugnauth a créé la perception chez les travaillistes qu’il recherche un affrontement direct avec les dirigeants du jour.

Le Parti travailliste n’entend pas modifier son agenda conséquemment à la déclaration faite par le président de la République, sir Anerood Jugnauth, dimanche, à la Hindu House, dans le cadre d’une activité marquant&nbsp l’anniversaire de l’Indépendance et de la République. Une déclaration considérée par le Ptr comme une épreuve de force initiée par SAJ.

Le président de la république avait, en substance, dénoncé la prolifération de l’héroïne dans le pays, le risque de chômage pour quelque 65 000 familles, la pauvreté qui contraint certaines familles à recourir au feu de bois en raison de la cherté du gaz ménager, la majoration des tarifs&nbsp de l’eau, la réticence de l’Etat à procéder à des promotions dans la fonction publique. Il a fait une comparaison entre 1982 lorsqu’il devait relayer le Ptr au pouvoir, et la période suivant son passage au gouvernement, pour souligner que&nbsp ce qui a été fait sous son mandat a permis au pays de progresser. Des propos qui ont mis mal à l’aise le gouvernement, notamment le Premier ministre, Navin Ramgoolam.

« Nous aurons une réunion en fin de semaine comme cela a été décidé. Nous n’allons pas modifier notre agenda rien que pour nous pencher sur la portée de la déclaration du Président. Cette déclaration est on ne peut plus claire. Cependant, chaque député est tenu à expliquer à&nbsp ses mandants la portée de la déclaration du Président. C’est ce que j’ai fait lors d’une rencontre avec mes mandants à Phoenix », soutient Patrick Assirvaden, président du Ptr.

Son explication s’articule autour d’un thème central, à savoir les motivations réelles du Président de la république. «Nous sommes d’avis que le Président a dépassé les limites que lui impose sa fonction. Il est tenu à la retenue. Ce qui l’empêche de dire ou de faire quoi que ce soit qui donne la perception qu’il est engagé dans l’activité d’un parti politique. Il est Président de tous les Mauriciens. Il doit à ce titre se situer au-dessus de la mêlée. Nous estimons que le Président a un choix à faire. Il ne peut pas être président et s’engager politiquement. Ce n’est pas possible. Il est le seul titulaire du poste de Président de la république à s’être permis de s’éloigner des limites de ses responsabilités. Nous ne pensons pas que la démarche du Président de la république résulte d’un désir de défendre l’intérêt de la nation. Une seule chose l’intéresse : la peau de son fils. Il s’est rendu compte que son fils ne fait pas le poids pour les fonctions auxquelles il aspire ».

Le président du Parti travailliste s’est demandé pour quelle raison le président n’a pas jugé utile de faire ces mêmes reproches à l’encontre du gouvernement lorsque le titulaire du poste de ministre des Finances n’était autre que son fils. « Nous, au sein du Parti travailliste, nous sommes révoltés du peu de respect que le Président de la République accorde à l’institution que représente sa fonction. Nous continuerons à démontrer à nos membres combien la prise de position du Président de la République n’est pas compatible avec sa fonction», conclut le président du Ptr.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires