Le prochain rapport de l’Audit devra inclure les mesures positives des ministères

Avec le soutien de

Le rapport de l’Audit sera, désormais, présenté en deux volumes. L’un consacré aux mesures positives prises par les ministères et l’autre aux problèmes persistants. La requête a été soumise au directeur de l’Audit par le chef de la Fonction publique.

«Il m’a dit que lorsque le gouvernement fait du bon travail, il faut en faire la publicité et le médiatiser.» C’est ce qu’explique le directeur de l’Audit, Rajun Jugurnath à l’express, au sujet d’une rencontre qu’il a eue avec le chef de la Fonction publique, Suresh Seebaluck.

Ce dernier lui a demandé de mentionner, à l’avenir, des mesures correctives prises par les différents ministères après que des failles y ont été relevées. C’était lors du dernier «meeting of supervising officers» le 9 janvier dernier.

Et Rajun Jugurnath explique qu’il a accédé à cette requête. Du coup, le prochain rapport de l’Audit se présentera en deux volumes : le premier consacré au suivi des mesures prises par les ministères pour régler les problèmes soulevés dans un rapport précédent. Le volume rapport sera, lui, consacré aux problèmes qui persistent. Un audit intérimaire sera, d’autre part, réalisé six mois après la publication du «full report».

«Ce n’est plus possible qu’année après année, on se retrouve avec le même principe. Rien que des critiques», déclare, de son côté, Suresh Seebaluck à l’express.

«Suite aux critiques de l’Audit, les ministères prennent des corrective measures. Cela n’est pas reflété dans le rapport de l’Audit. Nous avons fait une requête pour cette année et nous avons dit qu’il serait souhaitable d’informer toutes les personnes concernées de ce qui a été fait».

Rajun Jugurnath prend, lui, pour point de référence le «tollé» soulevé l’année dernière par la publication de son rapport. Les ministres Deva Virahsawmy, Tassarajen Pillay Chedumbrum, Xavier-Luc Duval, ainsi que le Premier ministre, avaient émis des critiques envers le rapport 2012 de l’Audit. Les membres du gouvernement n’étaient «pas très happy que vous (Ndlr: la presse) veniez dire que c’est tous les ans la même chose», précise Rajun Jugurnath.

Pour ce dernier, il peut y avoir une certaine injustice quant au fait que le bureau de l’Audit mette toujours le doigt sur des problèmes qui persistent au sein des ministères. «Nous n’avons jamais rapporté les mesures correctives prises. Nous avons toujours pensé qu’il serait compris implicitement que si un item n’est pas répété, c’est que le problème a été résolu.»

Mais, la requête du chef de la Fonction publique à cette réunion ne met-elle pas en péril l’indépendance même du directeur de l’Audit ? Rajun Jugurnath est catégorique sur la question : «Je ne laisserai jamais personne remettre mon indépendance en question !» Des propos qui font écho à ceux de Suresh Seebaluck : «Nous ne sommes pas là pour lui dicter sa conduite. Nous avons simplement fait une requête. Nous n’avons à aucun moment remis en question son indépendance.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires