Le Premier ministre Navin Ramgoolam en faveur de l’introduction du créole à l’école

Avec le soutien de

Le Premier ministre a fait cette déclaration lors du 2e anniversaire de la Fédération Créoles Mauriciens.

Le Premier ministre confie que, si auparavant il était contre l’utilisation du créole comme médium d’enseignement, il a depuis changé d’avis. «Je dois dire que c’est Dev Virasahwmy et Georges Legallant qui m’ont expliqué l’importance de se servir de la langue maternelle à l’école», a expliqué Navin Ramgoolam.
&nbsp
Navin Ramgoolam s’est aussi prononcé sur les revendications de la FCM. S’il dit ne pas avoir de problème pour l’inclusion du terme créole dans la Constitution à la place de «population générale», il aurait préféré, cependant, l’élimination complète de toute appellation ethnique dans la Constitution.

Quant à un amendement constitutionnel pour introduire le terme créole à la place de population générale dans la Constitution, il est demeuré assez évasif tout en faisant comprendre que la dernière expression demeure floue pour lui. «Je dois dire que je ne comprends pas trop le terme de population générale. Créole, je comprends, mais population générale je ne sais pas trop ce que cela veut dire», affirme-t-il.
&nbsp
Il insiste sur le fait qu’il préfère une élimination complète de toute appellation communale dans le texte suprême du pays. «On est encore en train de réfléchir sur une réforme électorale. Mais il y a des divergences sur plusieurs points. Comme, par exemple, la question d’une liste de candidats qui seront élus à la proportionnelle», explique le leader du PTr.

D’autre part Navin Ramgoolam a fait ressortir que ce serait dangereux que la revendication identitaire devienne un repli identitaire.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires