Le Premier ministre craint les «judas» autour de lui

Avec le soutien de

Des danseuses lors du lancement des festivités marquant Divali, hier à la «Hindu House».

«Je n’ai pas peur des adversaires en carton mais, bann tret, bann judas, seki otour mwa…». C’est ce qu’à déclaré le Premier ministre, hier dimanche 27 octobre, à la «Hindu House», lors du lancement des festivités de Divali. Dans son discours axé sur la lutte contre le communalisme il a aussi avancé que certains politiciens utiliseraient la religion pour faire de la politique.

Le chef du gouvernement se dit méfiant et craint les «judas» autour de lui. Une déclaration faite hier soir dimanche 27 octobre lors du lancement des festivités en marge de Divali, qui sera célébrée le 3 novembre. Se référant ensuite à des chapitres des livres sacrés, il a expliqué que ceux-ci lui avaient permis de «repérer ses ennemis». Il a déclaré que ce n’est pas «pour des affaires personnelles que l’on doit détruire un royaume», avant de désigner quelques politiciens qui, selon lui, se laissent «tenter facilement. Kot divan bate zot ale».

Face à un parterre composé, entre autres de ministres, de religieux originaires de la Grande péninsule, de diplomates américains et indiens ainsi que de représentants de groupes socioculturels, Navin Ramgoolam a ensuite axé son discours sur la lutte contre le communalisme. Il a déclaré que certains «utilisent la religion pour faire de la politique. Certains utilisent même des symboles…». Le PM a expliqué que c’est pendant la préparation du livre blanc sur la réforme électorale qu’il est tombé sur un rapport qui date de 1955. Celui-ci stipule que les «Mauriciens n’ont aucune notion de la démocratie et que notre société est divisée en races et religions». Plus «d’un demi siècle plus tard, c’est toujours le cas. Morisien ankor ena mem raisonma», a martelé Navin Ramgoolam.

Abordant ensuite le dossier brûlant des incendies dans les dépotoirs et dans les champs de cannes, Navin Ramgoolam a confi é qu’il soupçonnait qu’il s’agit là «d’actes criminels perpétrés par ceux qui tentent de détruire ce qui a été construit».Les autorités seront intransigeantes à l’encontre de ces derniers, a affirmé le PM. Le précédant sur l’estrade, Veerendra Ramdhun, président de la Hindu House avait auparavant déclaré que «nou bizin marye pike pou gard pouvwar dan nou lamin.» Il a exhorté toutes les organisations socioculturelles présentes à «s’unir afin de permettre au gouvernement actuel de conserver le pouvoir». Selon Veerendra Ramdhun, il faut briser «les monopoles afin de permettre à nou bann dimoun de progresser».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires