Le Premier ministre appelle à l’unité intercommunautaire

Avec le soutien de

Navin Ramgoolam a longuement souligné la nécessité pour la population mauricienne de rester unie malgré les différences ethniques et culturelles, surtout en cette période de récession.

C’était lors de son discours dans la soirée du 15 mai, à une réception, à Flic-en-Flac, pour fêter les 100 ans de la Khilafat Ahmidiyya Muslim Association.

«Nous devons nous concentrer sur les choses qui nous unissent au lieu des petites différences qui nous séparent, particulièrement en cette période de crise économique mondiale, une crise sans précédent», soutient le chef du gouvernement.

«Notre économie y a jusqu’à présent bien résisté. Or, si la récession dure, nous allons automatiquement en subir les effets secondaires. Durant une période pareille, les citoyens d’un pays doivent avoir le sens du patriotisme et de l’unité pour surmonter les difficultés qui se profilent», poursuit-il.

C’est dans ce sens que le Premier ministre préconise qu’il «ne faut pas laisser le poison de la division entrer dans nos têtes».

«Je constate qu’il y a de nombreuses personnes à Maurice qui se laissent entrainés dans ce jeu de division. Alors, à l’heure des nominations, elles en comptent le nombre pour chaque communauté», affirme le chef du gouvernement.

Et d’ajouter, «Mais si c’est comme ça que nous devons les faire, il faudrait que nous abolissions la Constitution, considérer que nous ne sommes pas égaux, et choisir d’effectuer des nominations basées sur des pourcentages. Même avec cette méthode, nous n’en finirons pas».

Selon Navin Ramgoolam, cela reviendrait à «allumer le feu» du communalisme, qui «une fois allumé, n’est pas facile à éteindre». Le Premier ministre demande aux citoyens mauriciens de rester ouverts à d’autres cultures et religions, ainsi que de vivre dans le «respect mutuel» et la «tolérance».

Il rappelle que les étrangers ont toujours félicité les Mauriciens pour l’harmonie sociale et «l’unité dans la diversité». Le PM a omis de dire que cette image, les habitants ont su savamment l’afficher à la surface, depuis que le tourisme est pratiquée à Maurice. Les touristes, en vacances au court terme sur l’île, n’ont ni le temps, ni l’envie d’aller gratter plus profondément.

Enfin, le chef du gouvernement a souhaité remercier les organisations socioculturelles, telles la centenaire Khilafat Ahmadiyya Muslim Association, pour le «rôle crucial» qu’elles tiennent auprès de la population, puisque «l’Etat a ses responsabilités, mais ne peut pas tout faire».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires