Le PMSD prend le Premier ministre à contre-pied et se dit contre la peine de mort

Avec le soutien de

Ceux qui sont pour la réintroduction de la peine de mort&nbsp sont des « démagogues » selon le porte-parole des bleus.&nbsp Or, Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam sont ceux qui ont&nbsp relancé le débat sur la question.
&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp .
Le Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD) a-t-il bien&nbsp fait son « homework » ? A bien écouter son responsable de communication, Lindsay Morvan, le Premier ministre Navin&nbsp Ramgoolam ainsi que le vice-Premier ministre Pravind Jugnauth seraient des démagogues…

En effet, lors d’un point de presse dans la capitale ce&nbsp samedi 11 décembre, Lindsay Morvan indique que les bleus
sont foncièrement contre la peine capitale et que, , « ce&nbsp sont des démagogues qui justifient l’application de la&nbsp peine de mort sous prétexte d’une soit disant hausse du&nbsp taux de criminalité »

Le PMSD a axé sa conférence de presse sur le thème de la&nbsp criminalité à Maurice, sans doute pour répondre aux&nbsp attaques de l’opposition sur la situation de l’ordre et la&nbsp paix. Lindsay Morvan a toutefois omis de se rappeler que&nbsp les deux hommes politiques qui ont&nbsp évoqué en premier&nbsp la&nbsp réintroduction de la peine de mort sont le Premier&nbsp ministre alors en pre-campagne électorale en février&nbsp dernier et Pravind Jugnauth quand il se trouvait dans&nbsp l’opposition.

A l’époque, la déclaration du chef du gouvernement avait&nbsp fait grand bruit, certains le voyant déjà lancer une appât&nbsp électoral. Il voulait prendre tout le monde de court,&nbsp l’insécurité étant un thème de campagne de l ‘opposition. Navin Ramgoolam prenait alors la parole au 74e&nbsp anniversaire de la création du Parti Travailliste, à&nbsp Port-Louis. Comme toujours, il avait promis le vote de&nbsp cette loi, ce qui pousse aujourd’hui certaines personnes à le lui rappeler. « Seki content content, seki pas content pas content, » avait lancé le Premier ministre.

Mais deux ans avant Navin Ramgoolam, c’etait Pravind&nbsp Jugnauth, alors sans siège au Parlement, qui avait promis&nbsp que si jamais il revenait à l’hôtel du gouvernement, il&nbsp allait réintroduire la peine de mort.

Le PMSD s’est démarqué de cette posture, étant le parti&nbsp qui avait demandé l’abrogation de cette loi, à travers&nbsp l’ancien chef-juge Sir Maurice Rault, Attorney-General, en&nbsp 1995, soit huit ans après la dernière exécution. Dans sa&nbsp conférence de presse de ce samedi 11 décembre, Lindsay&nbsp Morvan explique que la peine capitale n’est pas une fin en&nbsp soi.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires