Le PM: l’enquête policière dans l’affaire Rama Valayden sera bouclée incessamment

Avec le soutien de

C’est ce qu’affirme Navin Ramgoolam. Il répondait à la Private Notice Question de Paul Bérenger, qui a eu lieu dans une atmosphère très tendue.

«L’enquête suit son cours et elle sera bouclée incessamment», répond le Premier ministre à la question du leader de l’opposition. Ce dernier voulait savoir où en était l’enquête policière suite à la déclaration de Rama Valayden, le 20 septembre dernier, sur la brutalité policière, lors d’un congrès du PMSD. L’Attorney General avait, ce jour-là, déclaré que ce sont les Mauriciens d’origine créole qui sont le plus souvent victimes de violence de la part des officiers de la force policière.

Le Premier ministre explique que 31 dépositions ont été recueillies par la police. Quatre bandes sonores des radios privées, en rapport à cette affaire, ont également été saisies.

A la deuxième partie de la question parlementaire relative à des déclarations de Yusuf Elahee, un proche de Rama Valayden qui avait évoqué l’éventuelle arrestation de son leader, le Premier ministre informe la Chambre que la police a étudié ses déclarations mais qu’elle n’y a pas trouvé matière pour ouvrir une enquête.

Paul Bérenger est revenu sur cette partie de sa PNQ pour demander si une déclaration, comme celle à l’effet que «si l’Attorney General est arrêté, il y aura des cadavres» qu’aurait tenue Yusuf Elahee, ne constitue pas une déclaration séditieuse? Le Premier ministre souligne que ce genre de déclarations est commun au parler mauricien. Pour étayer ses propos, il rappelle que le député du MMM, Rajesh Bhagwan, a l’habitude de déclarer qu’il «faut marcher sur son cadavre.»

Réagissant à cette réponse du PM, Bérenger exprime son regret que Navin Ramgoolam adopte une telle attitude face à une affaire aussi sérieuse.

Revenant à Rama Valayden, Paul Bérenger demande si l’Attorney General a déjà été interrogé par la police et si le nombre pléthorique de témoignages recueillis par la police ne représente pas une tentative de noyer le poisson?

Navin Ramgoolam fait remarquer que si Valayden n’a pas encore été interrogé, cela ne voulait pas dire que ce ne sera pas fait. Enfin, il estime que si la police voulait noyer le poisson, elle n’aurait pas entrepris de récolter autant d’informations et d’interroger autant de personnes.

Bérenger enchaîne avec la rencontre entre Navin Ramgoolam, au retour de ce dernier de New-York, et Rama Valayden. Il demande au Premier ministre s’il a considéré l’option de révoquer son Attorney General et si, après les explications fournies par celui-ci, il est revenu sur sa décision?

Navin Ramgoolam dira que, lors de cette rencontre, l’Attorney General a reconnu qu’il aurait dû exprimer sa pensée autrement et qu’il n’aurait pas dû parler de manière générale concernant la police. A cet effet, le Premier ministre souligne que, dans tous les métiers, il y a des «bad apples». Il souligne aussi le fait que la brutalité policière existe dans tous les pays et que les gens de couleur sont souvent victimes de brutalité policière.

Enchaînant sur cette réflexion du PM, Paul Bérenger tentera de lier sa PNQ à l’affaire subutex. Mais en vain, car le Speaker ne voit pas de lien entre les deux affaires. Ce qui ne l’empêchera pas de demander au PM de citer un pays où des officiers de la police, avec le soutien du Commissaire de police, ont porté plainte contre un Attorney General.

Pour répondre à cette demande, Navin Ramgoolam reprend une déclaration de Bérenger, parue dans un article de presse, où ce dernier affirmait que les descendants d’esclaves sont plus souvent, que d’autres, victimes de brutalité policière.

C’est à ce moment précis que les choses se détériorent. Cris indignés provenant des bancs de l’opposition MMM. Le MSM, pour sa part, demeure impassible. James Burty David et Rajesh Bhagwan se mêlent de la partie. Rama Valayden y va de son couplet en affirmant que la déclaration de Bérenger rejoint la sienne. Ce qui irrite davantage le MMM…

Finalement, Bérenger parviendra à demander à Navin Ramgoolam si Rama Valayden ne doit pas se retirer immédiatement et attendre la fin de l’enquête. Nouveau brouhaha dans la Chambre. Ajoutant de l’huile sur le feu, Rajesh Bhagwan demande au Premier ministre s’il donne la garantie qu’il n’y aura pas d’interférence politique dans l’enquête de la police. A quoi, Navin Ramgoolam insiste sur le fait qu’il n’a aucune leçon à recevoir de ce membre du MMM et que c’est un fait qu’il n’est jamais intervenu dans une enquête policière…

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires