Le PM: « Il n’a jamais été question de réintégrer les syndicalistes de MT sans condition »

Avec le soutien de

Après avoir laissé comprendre que le gouvernement avait demandé la réintégration sans condition des syndicalistes licenciés par Mauritius Telecom, le Premier ministre vient maintenant soutenir le contraire.

Le Premier ministre soutient que le cabinet a seulement demandé que les deux syndicalistes licenciés par Mauritius Telecom (MT) soient réintégrés à leurs postes sans aucune autre précision. Navin Ramgoolam a fait cette déclaration, le mercredi 15 avril, à Ebène. Il était l’invité d’honneur à l’inauguration du nouveau gymnase municipal de Quatre-Bornes. Le nouveau complexe sportif portera le nom de feu Navin Sonarane, ancien ministre de la Jeunesse et ses Sports.

«&nbspIl y a des malentendus. D’abord il faut souligner que nous n’avons pas le droit d’intervenir dans le management de Mauritius Telecom. Le document du Conseil des ministres demande la réintégration de deux syndicalistes de MT sans plus&nbsp», révèle le Premier ministre.

La question se pose désormais quant à l’exactitude de la requête du gouvernement. Selon les syndicalistes, Indiren Carpanen et Raj Ragoonauth, le cabinet a bel et bien recommandé leur réintégration sans condition. Ces derniers avancent que leur refus d’être réintégrésn, avec des conditions, repose sur la décision du cabinet ministériel de demander leur réintégration sans condition.

Le 10 avril dernier, Indiren Carpanen et Raj Ragoonauth se sont rendus au Telecom Tower, pour rendre les lettres dans lesquelles la direction de MT leur proposait une réintégration conditionnelle. Rashid Imrith, présent ce jour là, en signe de solidarité aux licenciés, déclarait que «Lorsqu’un gouvernement prend une décision, ses représentants doivent s’y soumettre. Mais ce n’est pas le cas avec MT&nbsp».

On se rappellera que le ministre du Travail, Jean-François Chaumière avait déclaré, à la presse, que la demande du cabinet ministériel était la réintégration sans condition des syndicalistes licenciés. Pas plus tard que le dimanche 12 avril, il déclarait sur les ondes de Radio One que les fonctionnaires siégeant au conseil d’administration de MT avaient, sans aucun doute, transmis la décision du gouvernement aux administrateurs de la société.

Les syndicalistes Carpanen et Ragoonauth se retrouvent, aujourd’hui, dans une situation particulière. Ils se seraient laissés influencer par les déclarations du ministre Chaumière. Désormais, un flou s’installe dans la gestion de ce dossier MT-syndicalistes. Jean-Francois Chaumière aurait-il mal rapporté la décision du conseil des ministres&nbspou bien est-ce le PM qui fait marche arrière après les protestations de France Telecom&nbsp?

Affaire à suivre…

Jean-Yves CHAVRIMOOTOO

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires