Le MMM-MSM dénonce la méthode «répressive» du ministre Mohamed envers les ouvriers bangladais

Avec le soutien de

Photo d’archives. Paul Bérenger et SAJ ont tous deux dénoncé la manière de faire du ministre Mohamed sur la déportation des ouvriers bangladais. 

La TEC, le nouveau terminal de l’aéroport, le cas des ouvriers bangladais et l’affaire L’Amicale. Ce sont autant de sujets évoqués par l’alliance MMM-MSM ce samedi 7 septembre. Le point commun : tous deux ont vivement critiqué le ministre Shakeel Mohamed sur la déportation des Bangladais durant la semaine.

Deux ministres ont notamment été la cible de l’alliance MMM-MSM ce samedi 7 septembre lors de leur point de presse conjoint. Sir Anerood Jugnauth a évoqué la position «répressive» adoptée par le ministre du Travail, Shakeel Mohamed, dans son traitement du cas des ouvriers bangladais. Tandis que, pour Paul Bérenger, le ministre de tutelle aurait contourné la loi pour renvoyer ces travailleurs étrangers au Bangladesh.

«Selon la loi, il faut, au préalable, passer devant le magistrat avant de déporter des étrangers mais pour contourner la loi, le ministre a préféré utiliser le terme repatriate», a souligné Paul Bérenger. Selon lui, ces travailleurs auraient dû avoir l’occasion de se défendre.

Sir Anerood Jugnauth a, également, une fois de plus, réclamé la démission du ministre de l’Enseignement supérieur, Rajesh Jeetah. Evoquant l’Eastern Institute for Integrated Learning in Management (EIILM), il soutient que celui-ci «opère dans l’illégalité». «Les certificats ne sont pas reconnus légalement, seule l’UGC peut légaliser l’institution. Il semblerait que l’ICAC ferme les yeux sur cette affaire».   Selon lui, une commission d’enquête doit aussi être instituée sur laTertiary Education Commission.

Quant au nouveau terminal de l’aéroport de Plaisance, commente-t-il, projet qui «arrivé à Rs 14 milliards, l’économie va mal et le gouvernement mise sur l’extravagance».

Autre sujet évoqué, cette fois par Paul Bérenger : l’affaire L’Amicale. Les autorités, a-t-il soutenu, ont fait preuve d’une attitude cruelle envers les condamnés ainsi qu’envers leurs familles. Il assure que le MMM compte revenir à la charge avec la mise en place d’un Criminal Case Review Committee. «Le PM a restreint l’ouverture de l’enquête avec ce qu’il qualifie de manque de fresh and compelling evidence.Dans ce cas précis, les autorités manipulent mal les preuves déjà existantes», a affirmé Paul Bérenger.

Ce dernier a aussi évoqué son état de santé et a soutenu que son cancer est en rémission. Les derniers tests effectués ont été concluants, a-t-il expliqué. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires