Le MMM à fond derrière Ashock Jugnauth

Avec le soutien de

Paul Bérenger défend Ashock Jugnauth et affirme que c’est lui qui avait pris les décisions qui ont causé l’invalidation de son siège.

A l’approche de l’élection partielle, c’est le branle-bas à Quartier Militaire-Moka. Force est de constater que le Mouvement Militant Mauricien (MMM) est à fond derrière Ashock Jugnauth, leader de l’Union Nationale (UN). Paul Bérenger fait les louanges de ce dernier et dresse au passage le réquisitoire du Parti Travaillistes (PTr).

«Il a subi une grande injustice que j’ai aussi ressentie», confie Paul Bérenger qui fait allusion à la condamnation d’Ashock Jugnauth pour corruption électorale, dans une réunion politique. Paul Bérenger soutient que le leader de l’UN n’est pas coupable du crime dont on l’accuse. «J’étais Premier ministre à l’époque et c’est le conseil des ministres qui a approuvé cette demande de terre pour l’agrandissent du cimetière de Circonstance. Pravind Jugnauth était également au courant de ce dossier. Car, il était le vice-Premier ministre. Maintenant, il vient accuser Ashock Jugnauth de corruption électorale», lance Paul Bérenger.

Selon le leader des mauves, Ashock Jugnauth mériterait la victoire bien plus que le Mouvement Socialiste Mauricien (MSM) et décrit le leader de l’UN comme quelqu’un qui a beaucoup travaillé pour cette circonscription. «Je suis celui qui a gagné et perdu le plus d’élections à Maurice», explique Paul Bérenger, ceci après avoir énuméré ses diverses victoires et défaites. Et, il se base sur ce vécu politique pour pronostiquer sur l’issue de la partielle du numéro 8. Ses prédictions donnent évidemment la victoire à Ashock Jugnauth.

Paul Bérenger s’interroge sur le rôle du PTr dans cette partielle? Celui-là même qui a provoqué cette élection partielle. «Ils se cachent tous. On sait que Pravind Jugnauth est le candidat du PTr. Mais, Parvind ne sait pas que Ramgoolam l’a envoyé à l’abattoir», soutient Paul Bérenger. Ce dernier avance qu’il est temps de donner une leçon au PTr et que les électeurs du numéro 8 doivent voter Ashock Jugnauth pour sanctionner le PTR. Un vote pour leur donner une «correction car le pays va mal par leur faute.»

Concernant l’avance que Pravind Jugnauth aurait prise sur Ashock Jugnauth, Paul Bérenger met en contraste les 20 années d’expérience du leader de l’UN au numéro 8 et l’inexpérience de Pravind Jugnauth sur le terrain.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires