Le MMM critique la création d’un ministère de l’éducation tertiaire et de la recherche

Avec le soutien de

La commission Education du MMM estime que la gestion du secteur de l’Education par deux ministères est une erreur. Il faudrait une vision intégrée déclare Steve Obeegadoo.

Les membres du Mouvement Militant Mauricien (MMM) qui se penchent sur le dossier Education déplorent la décision gouvernementale de «scinder le ministère de l’Education en deux», avec la gestion séparée de l’éducation tertiaire par un nouveau ministère. L’opposition est d’avis que&nbsp l’éducation devrait être dirigée, dans une vision globale, par un seul et unique ministère, avec si besoin, la délégation de secteurs précis à des secrétaires d’Etat.&nbsp C’est là l’un des points forts de la conférence de presse de la commission Education du MMM, le vendredi 2 juillet, à l’hôtel Le St Georges, à Port-Louis. Le point de presse était animé par Steve Obeegadoo et Françoise Labelle.

«Ce fractionnement du ministère de l’Education n’a aucune logique. A travers le monde, la tendance est pour un seul grand ministère de l’éducation, avec des secrétaires d’Etat s’il le faut», déclare Steve Obeegadoo.

L’opposition perçoit un «malaise grandissant» dans le domaine de l’éducation, à cause de «multiples problèmes». A son avis, la population ignore où va l’éducation à Maurice, vu qu’il y aurait «une absence de direction et de dialogue» de la part du ministère de l’Education et des Ressources Humaines.

La commission a identifié cinq problèmes majeurs qui demanderaient à être attaqués d’urgence.

Premièrement, la question de l’introduction du kreol dans les établissements scolaires. La commission du MMM sur l’Education est convaincue que le kreol à l’école pourrait diminuer l’échec au Certificate of Primary Education (CPE) et les échecs dans la filière pré-vocationnelle, entre autres.

Elle ne comprend pas pourquoi les autorités «renvoient perpétuellement» la mise en œuvre de cette mesure, alors que le chef du gouvernement, lui-même, a affirmé qu’il est en faveur de l’utilisation du kreol à l’école, et que l’Alliance de l’Avenir l’a même proposé dans son programme électoral.

«Nous nous attendions à ce que des actions immédiates soient prises. Mais le ministre Bunwaree a renvoyé ce projet, une fois de plus, préférant d’abord organiser un forum sur la langue créole. Après ce forum, un steering committee travaillera sur les suggestions du forum. Des mois passeront sans que rien ne soit concrétisé», commente Steeve Obeegadoo.

Et d’ajouter, «Le gouvernement a le devoir de dire clairement ses intentions sur l’introduction du kreol à l’école, que ce soit en tant que medium d’enseignement ou en tant que sujet à part entière».

Le MMM lance un appel au gouvernement afin que le kreol&nbsp soit introduit dans les écoles, en projet pilote dès janvier 2011.
«Tous les éléments nécessaires pour préparer ce projet sont disponibles. Nous avons une série d’acquis : la ‘grafi larmoni’, les dictionnaires mauriciens et autres productions littéraires en kreol, ainsi que l’étude du Bureau d’éducation catholique (BEC) sur lesquels nous pouvons nous baser, pour la standardisation de l’orthographe, la formation des enseignants et l’élaboration de manuels scolaires», indique le député.

La commission Education du MMM s’est aussi penché sur l’organisation des examens nationaux. Elle se demande si les examens nationaux en Form III auront bien lieu à la fin de cette année. «Nous n’entendons plus rien à ce sujet. Pourtant nous sommes presque à la fin du deuxième trimestre. L’incertitude règne», soutient Steeve Obeegadoo.

Les députés MMM n’ont pas manqué de commenter l’abolition des leçons particulières. «Abolira, n’abolira pas ?», se demande Steve Obeegadoo , qui pense que «l’Enhancement Programme», n’est pas en train de servir ses objectifs.
Francoise La belle a abordé la question de&nbsp «bullying»&nbsp et l’absentéisme à l’école. Elle souligne l’inexistence de structures telles des cellules d’écoute tant pour les enfants victimes de brimades, que pour ceux qui les infligent. «Nous n’avons pas suffisamment de psychologues pour en placer dans chaque établissement scolaire. A la place, nous pourrions prendre des ‘counselors’», suggère-t-elle. Pour sa part, Steeve Obeegadoo pense que le problème de l’absentéisme et de l’indiscipline pourrait être résolu en rendant l''''école plus attrayante aux yeux des élèves. Notamment, avec des cours plus adaptés et des professeurs mieux formés pour transmettre les connaissances.

Steve Obeegadoo est revenu sur les critères pour l’admission en Form VI. Selon lui, il faudrait plutôt revoir ces critères que de permettre à des élèves n’ayant pas le niveau requis de faire leur Higher School Certificate&nbsp (HSC) au risque d’échouer à nouveau.

Par ailleurs, la commission du MMM sur l’Education souhaite savoir ce qui est advenu du Plan Stratégique de l’Education (2008-2010). Elle compte livrer son analyse de l’éducation supérieure lors de sa prochaine conférence de presse.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires