Le ministre Soodhun accuse une multinationale de fraude sur les carburants

Avec le soutien de

Une société multinationale engagée dans le stockage et la distribution des carburants aurait commis des fraudes occasionnant un manque à gagner de Rs 100 millons, selon le ministre Soodhun.&nbsp

Le ministre du Commerce et de l’Industrie compte transmettre un dossier à charge au Central CID avant la fin de la semaine. Selon Showkutally Soodhun le manque à gagner de la State Trading Corporation est de Rs 100 millions.

C’est ce qu’à annoncé le ministre Soodhun lors d’une conférence de presse ce mercredi 13 octobre. «Mon enquête concerne uniquement les 18 cargaisons reçues au cours des quatre derniers mois. Je ne sais pas ce qui s’est passé avant. Je n’accuse personne mais il faudra que la compagnie s’explique», prévient Showkutally Soodhun.

Les faits se sont déroulés, toujours selon le ministre, lors du transbordement des tankers vers les citernes de stockage de la compagnie. Une partie du stock aurait été utilisée avant que les autorités compétentes ne procèdent à l’évaluation du volume transféré. Ce qui constituerait, aux dires du ministre, un vol au préjudice de la STC.

Les techniciens qui ont noté une différence conséquente au niveau des cargaisons reçues auraient, alors sur instruction du ministre, entamé une enquête en vue de déterminer l’origine de l’anomalie. C’est en se basant sur les conclusions de cette investigation que le ministre a formulé, face à la presse, des accusations, allant jusqu’à citer le nom de la compagnie concernée, à savoir la société Caltex.

Alors que les pertes dues à l’évaporation, selon les normes internationales, varient entre 0.2% et 0.4%, les chiffres de la STC indiqueraient un manque à gagner de 0,9% sur les 18 dernières cargaisons réceptionnées à Port Louis au cours des quatre derniers mois.

D’autre part, le ministre a, également, annoncé des nouveaux règlements qui seront proclamés sous le Trade Act, incessamment. Ce nouveau cadre légal régira l’importation et la distribution du riz basmati.

Ce marché qui comprend quelques 150 importateurs a été sujet à des abus ces derniers temps. Le ministre a même confirmé des pratiques adultérations de la part de&nbsp quelques «commerçants malhonnêtes».

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires