Le Mauritius Sugar Syndicate critique les retards des réformes et la politique monétaire

Avec le soutien de

Le Mauritius Sugar Syndicate (MSS) estime que les planteurs et les usiniers de l’industrie sucrière ont subi un important manque à gagner en ce qui concerne la récolte 2010.&nbsp Son Chief Executive plaide pour le maintien du processus de réforme et pour la stabilité de la roupie face à l’euro.

Rs 1 950 par tonne.&nbsp C’est le supplément que planteurs et usiniers de l’industrie mère auraient dû avoir reçu pour la récolte 2010 si le taux de change avait été maintenu à son niveau des années précédentes et si le Global CESS avait été réduite dès l’année dernière.&nbsp C’est la thèse soutenue ce mercredi 28 septembre par Jean Noël Humbert, Chief Executive du MSS, lors de l’assemblée générale annuelle de cet organisme tenue à l’hôtel Le Labourdonais.

Le porte-parole du MSS critique indirectement la politique monétaire de la Banque de Maurice qui consiste à maintenir une roupie forte.&nbsp Une posture inlassablement défendue par le gouverneur de la Banque centrale, Rundheersing Bheenick.&nbsp Jean Noël Humbert considère que l’appréciation de la roupie face à l’euro a occasionné une baisse de recettes de plus d’un demi-milliard de roupies en 2010, soit plus de Rs 1 300 pour chaque tonne de sucre exportée.

Le Chief Executive du Syndicat des sucres note que les retards dans le processus de la réforme ont aussi contribué à pénaliser les producteurs de sucre.&nbsp Il soutient que la baisse du Global CESS qui aurait dû être effectif à partir de l’année dernière aurait pu rapporter Rs 450 de plus aux planteurs sur chaque tonne de canne. Finalement, planteurs et usiniers se sont partagé Rs 13 535 sur chaque tonne de sucre exporté en 2010 alors que le prix payé par le MSS aurait pu se situer au dessus des Rs 15 000.

Le MSS est cependant plus optimiste pour ce qui est de la récolte 2011 et s’attend à recevoir Rs 15 300 par tonne.&nbsp Une première estimation basée sur les présents cours mondiaux. Toutefois, Jean Noël Humbert précise que le calcul du MSS présuppose que toute la production 2011 sera raffinée localement et que la baisse annoncée du Global CESS prendra effet dès cette année.

Le Global CESS est un prélèvement sur les recettes de l’industrie sucrière.&nbsp Il sert à financer les institutions parapubliques au service de ce secteur, notamment la Mauritius Sugar Authority, la Mauritius Sugar Terminal Corporation, le Mauritius Sugar Research Institute, la Farmer’s Service Corporation, la Sugar Planter’s Mechanical Pool et le Cane Planters’ and Millers’ Arbitration and Control Board.&nbsp Selon le plan de restructuration établi par le gouvernement, le prélèvement total devrait passer, cette année, de Rs 519 millions à Rs 287 millions.

Par ailleurs c’est Jacques d’Unienville, le Chief Executive Officier d’Omnicane, qui succède à Gansam Boodram à la présidence du MSS.&nbspIl occupera ces fonctions jusqu’à la prochaine assemblée générale prévue en septembre 2012.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires